Le juste milieu des langues : la construction du néerlandais et du français aux Pays-Bas au seuil de la modernité (1540-1620)

Résumé de thèse de doctorat : The Golden Mean of Languages: Forging Dutch and French in the Early Modern Low Countries (1540-1620)

Alisa van de Haar, Université de Groningen

L’Europe du seizième siècle était fascinée par les langues. Les élites intellectuelles aussi bien que les classes moyennes réfléchissaient sur l’histoire et l’avenir des langues vernaculaires locales, les langues classiques et les langues exotiques d’Occident et d’Orient. Les Pays-Bas participaient également à ces débats. Le seizième siècle a vu la production des premières grammaires et traités d’orthographe du néerlandais. Celui-ci n’était pas la seule langue locale qui intéressait la population de cette région, cependant : une grande partie des Pays-Bas était francophone. Ce livre étudie jusqu’à quel degré et comment la situation multilingue des Pays-Bas a influencé les débats littéraires concernant les deux langues vulgaires de cette région.

Afin de pouvoir répondre à cette question centrale, cette étude adopte une approche spatiale : elle retrace les débats littéraires à l’intérieur de quatre lieux centraux. En relation avec la notion de lieu de savoir, la notion de lieu est ici définie comme un environnement où plusieurs langues se rencontrent dans les pratiques quotidiennes. En se concentrant sur des lieux et sur des débats, cette étude mettra en lumière la diversité des points de vue qui existaient sur les langues vernaculaires et sur les liens entre ces débats et des environnements linguistiques particuliers.

Les quatre lieux qui ont été étudiés, chacun dans un chapitre spécifique, sont les écoles françaises où des enfants majoritairement néerlandophones apprenaient le français, les communautés calvinistes, les imprimeries et les chambres de rhétorique, des fraternités à l’intérieur desquelles les membres pratiquaient l’art de rhétorique. Chaque lieu est abordé à travers un individu représentatif, qui fournit un point de départ pour l’étude des discussions dans cet environnement spécifique. À l’aide de l’analyse du discours, des textes littéraires dans le sens large du terme sont examinés afin de contextualiser les contributions aux débats de ces individus sur le plan linguistique, historique et social.

L’étude commence par deux chapitres qui ont pour objectif de situer les débats sur la langue dans les quatre lieux centraux choisis et de préciser le contexte de la situation linguistique locale dans l’espace européen. Le premier donne un aperçu de la situation multilingue des Pays-Bas au seizième siècle. Il retrace les origines de cette spécificité afin de montrer que, bien avant le seizième siècle, la région a été caractérisée par la présence de la zone de contact linguistique franco-néerlandaise et par celle d’élites qui ne parlaient pas la langue du peuple.

Ce premier chapitre propose un panorama des principaux domaines de la vie publique dans cette région, en précisant les rôles spécifiques qu’y jouaient les différentes langues. De l’administration au monde juridique, de la cour aux milieux artistiques et scientifiques, des commerçants aux diplomates, le néerlandais, le français et le latin coexistaient. L’usage du français et du latin avait souvent des répercussions sur le lexique néerlandais, qui adoptait leur vocabulaire spécialisé. Bien que des individus comme Dirck Volkertsz. Coornhert se soient plaints de ces développements, il s’avère que, dans la pratique, un équilibre fonctionnel s’était établi entre un vocabulaire commun d’un côté et des idiolectes fondés sur l’emprunt de l’autre. Le phénomène de l’emprunt lexical mérite donc d’être mise dans une perspective plus large.

C’est la raison pour laquelle le deuxième chapitre tourne son attention vers les débats concernant les langues dans l’espace européen de cette époque. Il en rappelle les thèmes, questions et arguments principaux, ce qui permet de mettre en relation les quatre lieux étudiés aux Pays-Bas et les discussions qui étaient menées ailleurs. La question centrale des discussions linguistiques était de savoir comment la race humaine pouvait affronter la diversité des langues que Dieu avait instaurée pour punir les constructeurs de la Tour de Babel. Les réponses variaient de l’apprentissage individuel d’une multiplicité de langues à la poursuite d’un monolinguisme universel. Cette dernière possibilité a été proposée, entre autres, par Johannes Goropius Becanus, qui a soutenu que le néerlandais était la langue la plus ancienne et la plus parfaite du monde, ce qui la rendait la meilleure candidate pour devenir la nouvelle langue universelle.

Mais si l’attention pour les langues vernaculaires n’a pas cessé de s’affirmer à cette période, le latin continuait à jouer un rôle dominant. La terminologie et les axiomes fondamentaux de la grammaire et de la rhétorique classique étaient utilisés pour la description et l’étude des langues vulgaires, laissant une marque latine sur les réflexions sur les vernaculaires. Une autre question en débat était de savoir si et comment les textes classiques devraient être traduits : littéralement, mot pour mot, ou sens pour sens, en mettant l’accent sur le contenu.

Ces études liminaires rappellent enfin que le seizième siècle a vu plusieurs tentatives d’établir des règles d’orthographe et de lexique. En France particulièrement, l’orthographe était vivement discutée. Les défenseurs des graphies communes et du maintien des lettres étymologiques quiescentes s’opposaient à un groupe d’innovateurs dirigé entre autres par Louis Meigret, qui proposait une orthographe phonétique. Partout en Europe occidentale, on réfléchissait aussi sur le lexique, notamment sur l’adoption ou non de mots empruntés à d’autres langues. Le débat et les attitudes critiques nuancées dominaient partout. Une métaphore spécifique qui circulait à travers l’Europe et qui était utilisée fréquemment pour indiquer les mots d’emprunt était celle d’« écume » ou « schuim » en néerlandais. Il est très probable que les débats néerlandais ont occupé une place centrale dans la diffusion de cette notion dans les débats allemands et anglais.

De façon générale, aux débuts de l’ère moderne, toute l’Europe était fascinée par la question du langage. Cette fascination s’exprimait non seulement dans les échanges sur l’amélioration de chaque langue, mais aussi dans les comparaisons des différentes langues. On étudiait leurs histoires, les catégorisait en familles et les rangeait hiérarchiquement selon leurs qualités respectives. Généalogiquement, le néerlandais était ainsi mis en rapport avec l’allemand, mais aussi avec l’anglais et même avec la langue persane. La compétition interrégionale et la notion de « patrie », dont la popularité était croissante à cette époque, étaient fondamentales pour ces études comparatives. Elles n’incitaient pas néanmoins au rejet d’autres langues. Par contre, elles stimulaient l’attention pour ces langues et pour les discussions menées ailleurs, qui étaient utilisées pour affirmer la position linguistique de la patrie.

Cette contextualisation d’ensemble précède la partie analytique de l’ouvrage, consacrée aux quatre lieux de savoir où ont été discutées les pratiques linguistiques des Pays-Bas. Le premier, étudié dans le chapitre 3, est le milieu des écoles françaises, destinées à des garçons aussi bien qu’à des filles. Ce lieu est abordé à travers le cas de l’Anversois Peeter Heyns, à la tête d’une des écoles de filles les plus renommées de son époque et figure centrale des réseaux éducatifs au seizième siècle. Il est d’abord montré que les enseignants qui participaient à ces réseaux faisaient référence à la « patrie » afin de valoriser leurs travaux linguistiques. Heyns, par exemple, a été loué comme « soldat » pour avoir soutenu son pays grâce à son enseignement des deux langues des Pays-Bas. Il est caractéristique de la fascination linguistique à période que la connaissance de plusieurs langues, et pas uniquement de la langue maternelle, ait été considérée comme une contribution au bien commun.

Néanmoins, en ce qui concerne la régularisation de la langue, il s’avère que les maîtres d’écoles se sont surtout préoccupés de l’orthographe, et plus rarement de la grammaire. Heyns constitue une exception à cet égard, ayant écrit une grammaire française sans trancher sur l’orthographe. Les enseignants des Pays-Bas ont publié des textes et des traités sur l’orthographe française aussi bien que néerlandaise, mais leur traitement des deux langues a différé considérablement.

Peter Haschaert, une figure peu étudiée jusqu’ici, a été un précurseur important en ce qui concerne le français. Haschaert et les maîtres d’école plus tardifs ayant écrit sur l’orthographe française étaient au courant des débats menés dans le royaume mais suivaient pour la plupart l’orthographe traditionnelle. Ce choix est sans doute lié aux souhaits de leur clientèle néerlandaise, qui n’aurait guère bénéficié d’une orthographe française rénovée. Pour le néerlandais au contraire, ils ont proposé toutes sortes de changements, souvent inspirés des débats en France. Finalement, il n’y eut pas de consensus sur le renouvellement de l’orthographe néerlandaise : le maître d’école Anthoni Smyters finit par appeler ses collègues à conserver les formes anciennes, puisque l’exemple français avait déjà montré que l’innovation était vouée à l’échec.

Les historiens ont souvent insisté sur le rôle des maîtres et des maîtresses des écoles françaises aux Pays-Bas dans l’adoption croissante en néerlandais de mots empruntés au français au seuil de l’époque moderne. Toutefois, les sources écrites du seizième siècle contiennent très peu de références à cette médiation supposée des enseignants. Heyns lui-même était connu pour son style dans lequel les mots d’emprunt étaient rares, mais il ne s’est guère servi de cette réputation, qui, d’ailleurs, mérite d’être relativisée. De façon générale, les maîtres d’école ne promettaient que très rarement une langue dépourvue d’emprunts pour promouvoir leurs livres scolaires. Les promesses d’éloquence au contraire étaient omniprésentes dans les efforts des enseignants pour attirer des élèves. Ils initiaient leurs disciples dès le plus jeune âge aux discussions linguistiques, formant de nouvelles générations d’intellectuels intéressés par l’usage des langues.

Un deuxième lieu de savoir, examiné dans le cinquième chapitre de la thèse, met en lumière les communautés calvinistes néerlandaises alors en développement. Ces communautés ont eu besoin de penser les manières dont devait être traité le latin, la langue traditionnelle du christianisme, et les autres langues antiques transmettant la Parole de Dieu. Il fallait donc redéfinir la relation entre ces langues sacrées et les langues vernaculaires. De plus, la congrégation calviniste des Pays-Bas a été confrontée à la multiplicité des langues vulgaires utilisées dans le pays ainsi qu’au fait que le calvinisme s’était répandu essentiellement en français et en latin à partir de sa capitale, Genève. Au sein de cette communauté religieuse à la recherche de son identité linguistique, Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde a joué un rôle primordial. Ce diplomate polyglotte, bras droit de Guillaume d’Orange, a mis ses connaissances linguistiques au service de la Révolte des Pays-Bas autant qu’à celui de la cause calviniste.

Pour soutenir cette dernière, Marnix a produit une traduction néerlandaise des psaumes et plusieurs textes de propagande. Le psautier de Marnix se fonde sur les stratégies de traduction de deux coreligionnaires qui l’ont précédé, Jan Utenhove et Petrus Datheen. Marnix a suivi les psaumes d’Utenhove dans leur utilisation d’un néerlandais uniformisé, censé être compréhensible pour tous ses locuteurs malgré leur dialecte particulier. Il a aussi suivi le psautier de Datheen, tout en le critiquant pour son manque de respect envers la source hébraïque, en se fondant, comme lui, sur le psautier français utilisé dans les cercles calvinistes francophones. Marnix, toujours attentif aux questions de langue, a ainsi produit un texte qui pourrait unifier les calvinistes de langue néerlandaise et française.

Marnix a également tenté de renforcer la cohésion de la communauté calviniste en attaquant l’Église de Rome. Le Biënkorf et son homologue français, le Tableav des differens de la religion, montrent la manière dont Marnix utilisait les débats linguistiques contemporains pour renforcer ses assauts contre le catholicisme. Chacun des deux textes parodie un pamphlet antiprotestant du Jésuite Gentian Hervet, amplifiant ses arguments jusqu’à des proportions ridicules et détruisant sa crédibilité.

Le Biënkorf et le Tableav traitent également le langage catholique de façon satirique en mélangeant, pour le premier, le néerlandais, le français et le latin, pour le second le français, l’italien et le latin. Par le biais de ces textes, Marnix, s’opposant fortement à la fusion de plusieurs langues, prend position dans les débats néerlandais sur les emprunts lexicaux au français et au latin, mais aussi dans les débats français sur l’emprunt à l’italien et au latin. Le langage impur attribué par Marnix aux Catholiques se fait alors le miroir de leur immoralité supposée.

Marnix reproche enfin au clergé son manque de connaissances des langues sacrées du christianisme, suggérant que l’Église a rejeté les vernaculaires afin de sauvegarder sa domination sur l’interprétation des textes fondateurs. Si l’on regarde de plus près les activités linguistiques de Gentian Hervet cependant, il apparaît que les dénonciations de Marnix n’étaient pas justifiées et que ce dernier a ainsi sciemment contribué à la construction de l’idéologie linguistique protestante, c’est-à-dire à la supposition erronée d’un rejet des langues vulgaires par l’Église de Rome. Le cas de Marnix montre que les débats sur les langues ont transcendé l’érudition et ont été revêtus d’enjeux religieux et politiques majeurs.

Le troisième lieu analysé est celui de l’imprimerie. Dans ce chapitre, le cas du Français Christophe Plantin, fondateur du fameux Compas d’Or à Anvers, permet de démontrer le degré élevé de circulation interrégionale des personnes et des marchandises qu’ont favorisé les mondes professionnels du livre. En outre, Plantin illustre l’interaction entre les objectifs intellectuels des imprimeurs et leurs efforts commerciaux, ainsi que les relations entre ces deux buts et les débats contemporains sur les langues. Les imprimeurs ont souvent développé des stratégies commerciales répondant à des sentiments de patriotisme et à une volonté de compétition envers d’autres langues que la langue maternelle. Même à l’époque où la publication d’un texte savant dans une langue vulgaire n’était plus une exception, beaucoup d’entre eux continuaient à présenter ces publications comme étant révolutionnaires. La question des mots d’emprunt a aussi été mobilisée par ce milieu mais de façon moins cohérente : Plantin semble avoir décrit ses textes comme étant exempts de mots d’emprunt à des fins de commercialisation, tandis que son prédécesseur Jan Gymnick louait justement le lexique emprunté à d’autres langues.

Bien que l’imprimerie soit aujourd’hui considérée comme une source de standardisation orthographique, l’analyse des paratextes écrits par les imprimeurs des Pays-Bas eux-mêmes montre qu’ils portaient en fait peu d’attention à ce sujet. Plantin constitue l’exception qui confirme la règle : il se présentait comme un défenseur ardent de l’orthographe française progressive. Plantin et ses collègues agissaient dans de tels cas comme des médiateurs mettant en rapport les débats linguistiques menés ailleurs et leur propre environnement. Mais cette médiation n’est pas à sens unique.

Les règles d’orthographe du français soutenues et appliquées par Plantin ont continué à être utilisées aux Pays-Bas, influençant à leur tour un siècle plus tard l’orthographe française en France. Il s’agit d’un cas exemplaire d’échange international. Or, quoique Plantin se soit positionné de façon très forte sur l’orthographe du français, il n’a pas modifié l’orthographe courante du néerlandais. Son cas démontre que les individus engagés dans les discussions linguistiques échappent aux catégorisations à cause de la nature diverse et changeante de leurs opinions.

Les imprimeurs de la première modernité ont répondu à la fascination des langues croissante de leur époque par publication de contributions explicites aux débats en cours. Plantin et son correcteur Cornelis Kiliaan ont anticipé la demande d’un autre type de textes et ont invité leurs lecteurs à adopter une attitude active grâce à des listes de mots multilingues. À l’aide de leurs dictionnaires et autres collections linguistiques, ils ont stimulé le développement d’une communauté savante – mais pas nécessairement académique – qui a contribué à développer la réflexion proprement linguistique.

Un dernier chapitre analytique se concentre sur le lieu particulièrement dynamique qu’a été la chambre de rhétorique, dans laquelle des hommes de professions diverses se réunissaient pour pratiquer les arts de l’éloquence. Mettant l’accent sur l’existence de relations étroites entre les chambres de rhétorique et les autres lieux de la réflexion linguistique, l’étude donne à nouveau une place centrale au cas exemplaire de l’enseignant-rhétoricien Peeter Heyns. Il en ressort qu’il est injustifié d’approcher les chambres de rhétorique comme un milieu monolingue. Leurs participants étaient conscients qu’une connaissance linguistique élargie pouvait bénéficier à la pratique de la langue maternelle. Pour défendre la position du néerlandais, les rhétoriciens se sont fondés sur des arguments formulés ailleurs en faveur d’autres langues.

Les rhétoriciens n’écrivaient pas seulement la langue vulgaire, ils l’étudiaient également. Des savants comme Matthijs de Castelein ont adopté la terminologie de la rhétorique latine classique afin de décrire les langues vernaculaires. Dans de rares cas, ces observations linguistiques ont donné lieu à la publication de traités théoriques, comme le Twe-spraack (1584). Il s’agit de la première grammaire imprimée du néerlandais, parue chez Plantin et écrite par des membres de la chambre de rhétorique amstellodamoise De Eglantier. La plupart du temps, les expérimentations des rhétoriciens prenaient une forme poétique. En pliant et en modifiant la langue de la poésie, ces rhétoriciens ont exploré la richesse et les difficultés de la langue néerlandaise.

Jusqu’ici, le Twe-spraack semblait être une exception, étant un texte de rhétoricien réfléchissant sur la règlementation du néerlandais et rejetant l’usage des mots d’emprunt. Les rhétoriciens sont en effet connus pour leur langage archaïque et hybride, riche de nombreux mots étrangers. Toutefois, il est apparu que bien avant la publication de cette première grammaire, on discutait des règles du néerlandais et de l’emprunt au sein des chambres, les rhétoriciens attachant traditionnellement beaucoup d’importance à une orthographe soignée. L’analyse a permis de montrer que le Twe-spraack était innovant surtout parce qu’il a fixé certaines règles.

De Eglantier n’est pas non plus la première chambre à avoir critiqué les mots d’emprunt. Des décennies plus tôt, De Castelein et d’autres ont réfléchi sur les dangers du mélange linguistique et sur les façons appropriées de mettre en œuvre cette forme d’enrichissement lexicale. Ces réflexions ont continué à exister à l’intérieur de De Eglantier et la publication du Twe-spraack n’a pas marqué la fin de la discussion à ce sujet. Ce débat a même fini par être l’une des causes de dissensions internes à la chambre. Avec sa grammaire, la chambre d’Amsterdam ne se plaçait donc pas en dehors de la tradition des rhétoriciens : elle y participait.

Dans beaucoup d’études modernes, les rhétoriciens, jugés conservateurs dans leurs usages linguistiques et leurs pratiques poétiques, servent encore de contrepoints aux poètes dits « renaissants », supposés progressistes. Ces derniers ont en effet préféré la métrique française à une métrique néerlandaise considérée comme désuète : le style français est caractérisé par l’isosyllabisme, chaque vers comptant le même nombre de syllabes, alors que le vers néerlandais est rythmé par un certain nombre de syllabes toniques et accentuées. Or Heyns, l’un des premiers à avoir expérimenté la forme isosyllabique dans la poésie néerlandaise, a aussi pratiqué le vers tonique néerlandais. Ce choix était bien innovant à l’époque, même s’il semble être rétrospectivement un pas en arrière. Mais comme De Castelein et comme Marnix plus tard, Heyns réfléchissait aux structures sonores différentes du néerlandais et du français. Son choix montre qu’il n’était ni moins conscient de la langue ni moins progressiste que les poètes qui ont opté pour le vers isosyllabique.

Dans chacun des quatre lieux étudiés, une grande diversité de personnes a ainsi participé aux discussions sur la langue. La réflexion linguistique n’a pas été réservée exclusivement aux milieux académiques ; bien au contraire, ont eu lieu d’importants échanges entre ces divers réseaux. Les opinions défendues ayant été presque aussi nombreuses que les participants aux débats, ce foisonnement de discussions ne révèle pas un mouvement clair dans la direction d’une langue standardisée ni ne démontre l’émergence d’une communauté monolingue, comme on l’a parfois pensé. On ne se prononçait pas nécessairement de façon négative sur la diversité linguistique, et l’utilité d’une orthographe normée était loin de faire l’unanimité. Il n’y avait pas de consensus non plus au sujet de l’emprunt lexical. Un tel consensus, tout comme l’idéal d’une langue universelle, ne sera d’ailleurs jamais atteint.

L’hypothèse centrale de cette étude, selon laquelle les débats sur les langues dans les Pays-Bas du seizième siècle ont été modelés par la situation multilingue propre à cette région et par la polyglossie régulière des locuteurs, a donc été confirmée. Les acteurs des débats linguistiques parlaient eux-mêmes presque toujours plusieurs langues, et leurs textes avaient souvent des origines multiples. Cela explique qu’on n’a pas discuté seulement du néerlandais aux Pays-Bas mais aussi du français et que les réseaux de débatteurs étaient en interaction continue dans de nombreuses régions européennes. Certes, cette attitude ouverte était au service de la défense des deux vernaculaires des Pays-Bas, le néerlandais et le français. Une approche globale de la diversité linguistique s’est donc révélée essentielle afin d’être en mesure de comprendre ces réflexions sur la mise en pratique d’un juste milieu et pour remettre plus généralement en perspective l’histoire culturelle d’une région caractérisée jusqu’à nos jours par le multilinguisme.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.