Présentation (français)

Français

Le projet « Orateurs et rhétoriciens » a pour objectif d’étudier les productions culturelles et l’évolution des pratiques de certains groupes intellectuels au tournant des XVe et XVIe siècles, à l’heure où se développent des formes de communication innovantes, imprimerie et théâtre. Si la révolution médiatique que représentent ces techniques a souvent retenu l’attention, elle a parfois occulté les hommes qui ont construit, grâce à elles, un nouvel espace public. La parole, écrite ou orale, se dote alors de capacités de circulation qui font d’elle, plus qu’une simple expression, une véritable action, capable de forger les opinions. Aux Pays-Bas et en France, les nouvelles technologies médiatiques sont prises en charge par des individus ou des réseaux qui appartiennent en général à la catégorie sociale des « jeunes » en cours de formation ou en quête d’une position sociale. Revendiquant le nom d’orateurs ou de rhétoriciens, valorisant la polygraphie et la variété des interventions, ils légitiment leur volonté d’incarner la vox publica par leur capacité à mettre en scène un discours d’autorité.
Le projet « Orateurs et rhétoriciens » s’inscrit dans le cadre d’une histoire culturelle globale. Il vise à l’étude conjointe des productions rhétoriques, des performances spectaculaires et des différentes formes médiatiques par lesquelles des communautés culturelles ont construit leur identité et l’ont affirmée publiquement. Les dimensions plurielles de ce phénomène requièrent les outils de l’histoire des idées et des techniques, de l’analyse littéraire, de la philologie, de l’histoire de l’art et de l’archéologie des médias. Cette transdisciplinarité, pratiquée par l’ensemble des participants au projet dans leurs travaux personnels, sera le moteur du travail collaboratif.
L’approche transdisciplinaire va de pair avec une démarche comparatiste attachée aux spécificités des régions qu’étudient ensemble les équipes françaises et néerlandaises réunies dans le projet : les Pays-Bas dominés par les dynasties Valois puis Habsbourg; le royaume de France. Dotés de structures politiques différentes, ces espaces partagent une langue vernaculaire, le français, véhicule d’une culture oratoire commune. En outre, les structures de la vie urbaine et l’importance de la formation des jeunes adultes à et par la parole y sont assez proches. Enfin, individus et groupes circulent intensément au sein et entre ces régions. Jean Molinet, futur porte-parole du duché Habsbourg à la fin du XVe siècle, a étudié à Paris et collaboré avec les milieux littéraires hennuyers de par son implantation à Valenciennes. Quelques années plus tard, Pierre Gringore, héritier de la culture spectaculaire normande, fait dans la même ville une brillante carrière d’homme de scène avant de devenir l’orateur officiel des princes de Lorraine.
Ces parcours personnels sont ancrés dans des réseaux sociaux et culturels. Ils partagent des références et des pratiques que le projet souhaite mettre au jour. Elles sont modelés notamment par le milieu des juristes, auquel appartient le basochien Jean d’Abondance, qui fréquente Rabelais dans les ateliers d’imprimerie lyonnais vers 1540; ou encore par le milieu des enseignants apprenant à leurs élèves la maîtrise du discours public et la compréhension du temps présent via des spectacles  plurilingues, comme les pièces d’actualité de Barthélemy Aneau au collège de la Trinité à Lyon ou celles, en latin et « wallon » jouées à Dinant, près de Namur, par les écoliers du maître François Dacos vers 1560.
Les réseaux des orateurs et rhétoriciens sont animés de trois dynamiques relationnelles identiques : la compétition, la complicité et la polémique. Le projet se propose d’examiner la manière dont ces trois postures sont à la source, d’une part, d’un éthos propre à l’orateur – qui anticipe certaines attitudes des acteurs de la communication médiatique aujourd’hui –, et d’autre part s’expriment par des productions culturelles spécifiques : poésies de circonstance, témoignages sur le temps présent, spectacles d’actualité. Ces formes valorisent la parole-action et se confrontent à ses dangers potentiels. En effet, la revendication d’une parole d’autorité par des communautés, les chambres de rhétorique des villes septentrionales ou les sociétés joyeuses de Normandie par exemple, se fait par le biais d’interventions souvent provocatrices sur la voie publique. À l’image des Conards qui envahissent les rues de Rouen au Carnaval, les représentants de l’ordre prennent le masque des fauteurs de trouble pour mieux s’imposer comme les groupes régulateurs de leurs sociétés. Cependant cette polémique ritualisée appelle le soupçon lorsque s’accentuent les troubles. Les rhétoriciens qui ont joué une pièce favorable à la Réforme à Mouvaux, près de Lille, sont arrêtés en 1563 pour infraction aux réglementations sur les spectacles et incitation au désordre public. Au fil du XVIe siècle, les gouvernants s’opposent parfois violemment aux communautés intellectuelles, celles-ci ayant acquis l’autorité discursive qui fait d’elles de possibles maîtresses de l’opinion.
L’équipe franco-néerlandaise étudie les produits, performances et canaux par lesquels ces communautés de parole construisaient leur identité et s’affirmaient dans l’espace public, en empruntant aux méthodes de l’histoire culturelle, de l’histoire de l’art, de l’analyse littéraire, de la philologie et de l’archéologie des médias.

Presentatie (Nederlands)

Nederlands

In dit project worden de culturele producten en praktijken bestudeerd van groepen intellectuelen in Frankrijk en de Nederlanden in de vijftiende en zestiende eeuw, een tijd waarin innovatieve communicatiemiddelen, de drukpers en het toneel, zich ontwikkelden.

Deze mediarevolutie en de bijbehorende technieken zijn uitvoerig bestudeerd door onderzoekers, maar er is veel minder aandacht geweest voor de personen die er gebruik van maakten om een nieuwe publieke ruimte te creëren. Zij benutten de nieuwe manieren voor het verspreiden en laten circuleren van teksten in die periode als een machtsmiddel om de publieke opinie te kunnen beïnvloeden. De individuen die zich deze nieuwe media eigen maakten, waren veelal jongeren hun studie aan het afronden waren en een betere sociale positie voor zichzelf probeerden te verzekeren, vaak door het opbouwen van specifieke netwerken. Zij noemden zichzelf ‘oratoren’ of ‘rederijkers’, brachten een grote diversiteit aan tekstuele producties voort en probeerden de publieke opinie te vertegenwoordigen via hun vermogen om een autoritair discours te formuleren.

De Franse en Nederlandse werkgroepen in dit project zullen de producten, praktijken en kanalen bestuderen die deze netwerken inzetten om hun identiteit te construeren en in de publieke ruimte te doen gelden. De onderzoekers zullen gebruik maken van een interdisciplinaire benadering, waarbij methoden uit de cultuurgeschiedenis, kunstgeschiedenis, literaire analyse, filologie en media-archeologie gecombineerd worden. Ze richten zich op de twee genoemde regio’s, de Nederlanden en Frankrijk, omdat ze, ondanks hun verschillende politieke systemen, parallelle stedelijke structuren en onderwijsvormen voor de jeugd vertoonden, evenals een gedeelde retorische cultuur, gebaseerd op de Franse taal. Door het analyseren van de schriftelijke producten en communicatiestrategieën van auteurs die aan onderwijs- en universiteitsmilieus, recht en rechtspraak en boekdrukkerijen waren gekoppeld, zullen de werkgroepen aantonen hoe deze oratoren-rederijkers hun plek innamen in de publieke ruimte en, via competitie, samenwerking en debat met elkaar, op politieke onderwerpen reflecteerden.

Presentation (English)

English

This project will study the cultural products and practices of groups of intellectuals in France and in the Low Countries in the 15th and 16th centuries, at a time where innovative forms of communication, the printing press and drama, were developing.

Scholars have often studied this media revolution and its techniques rather than the men who used it to build a new public space. Oral and written discourse in that period acquired new means of circulation, thus earning a real power of action that could influence public opinion. The individuals that appropriated these new media were often young people who were completing their formation or looking to secure a better social position for themselves, often through the creation of specific networks. They called themselves ‘orators’ or ‘rhetoricians’, claimed a great diversity of textual productions and sought to represent public opinion thanks to their ability to formulate an authoritative discourse.

The French and the Dutch teams in this project will study the products, performances and channels through which these communities of speech built their identity and asserted them in the public space. The researchers will use an interdisciplinary approach combining the methods of cultural and art history, literary analysis, philology and archaeology of the media. They chose to focus on the two cited regions, the Low Countries and France, because they presented parallel urban structures and systems of formation of the youth, as well as a common rhetorical culture based on the French language, even if they had different political systems. By analysing the writing and communication strategies of authors who were linked to the milieus of schools and universities, justice and law, as well as printers, the teams will show how these orators-rhetoricians occupied public space and, by competing, collaborating and debating with each other, reflected on political issues.

Crédits

  • Rédacteur en chef : Katell Lavéant
  • Équipe de rédaction : Katell Lavéant, Estelle Doudet, Alisa van de Haar, Shanshan Lu, Roseline Foltz-Amable, Rozanne Versendaal
  • Crédits photographiques : Code Blauw (www.code-blauw.nl)

À propos

Le carnet vise à diffuser les résultats de recherche du groupe: diffusion et mise en valeur d’informations scientifiques pour un public de spécialistes ainsi que pour le grand public; notes informatives sur les activités du groupe; veille scientifique (bibliographie); partage de communications orales (papers) présentés dans des colloques; publication de sources et documents de recherche inédits.
Cette diffusion est multilingue: selon le public visé, les informations et résultats seront publiés en français, anglais et/ou néerlandais.