Orators and rhetoricians the film

Watch our movie on: https://youtu.be/ZwPhLktpN-c

Orators and rhetoricians is a movie dedicated to opinion makers and writers in France and the Low Countries, 15th-16thc.

Directed by Karim Kourani, scenario E. Doudet, K. Lavéant, S. Lu, R. Foltz-Amable, A. van de Haar, R. Versendaal. 

With R. Versendaal, E. Doudet, A. van de Haar, R. Foltz-Amable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le juste milieu des langues : la construction du néerlandais et du français aux Pays-Bas au seuil de la modernité (1540-1620)

Résumé de thèse de doctorat : The Golden Mean of Languages: Forging Dutch and French in the Early Modern Low Countries (1540-1620)

Alisa van de Haar, Université de Groningen

L’Europe du seizième siècle était fascinée par les langues. Les élites intellectuelles aussi bien que les classes moyennes réfléchissaient sur l’histoire et l’avenir des langues vernaculaires locales, les langues classiques et les langues exotiques d’Occident et d’Orient. Les Pays-Bas participaient également à ces débats. Le seizième siècle a vu la production des premières grammaires et traités d’orthographe du néerlandais. Celui-ci n’était pas la seule langue locale qui intéressait la population de cette région, cependant : une grande partie des Pays-Bas était francophone. Ce livre étudie jusqu’à quel degré et comment la situation multilingue des Pays-Bas a influencé les débats littéraires concernant les deux langues vulgaires de cette région.

Afin de pouvoir répondre à cette question centrale, cette étude adopte une approche spatiale : elle retrace les débats littéraires à l’intérieur de quatre lieux centraux. En relation avec la notion de lieu de savoir, la notion de lieu est ici définie comme un environnement où plusieurs langues se rencontrent dans les pratiques quotidiennes. En se concentrant sur des lieux et sur des débats, cette étude mettra en lumière la diversité des points de vue qui existaient sur les langues vernaculaires et sur les liens entre ces débats et des environnements linguistiques particuliers.

Les quatre lieux qui ont été étudiés, chacun dans un chapitre spécifique, sont les écoles françaises où des enfants majoritairement néerlandophones apprenaient le français, les communautés calvinistes, les imprimeries et les chambres de rhétorique, des fraternités à l’intérieur desquelles les membres pratiquaient l’art de rhétorique. Chaque lieu est abordé à travers un individu représentatif, qui fournit un point de départ pour l’étude des discussions dans cet environnement spécifique. À l’aide de l’analyse du discours, des textes littéraires dans le sens large du terme sont examinés afin de contextualiser les contributions aux débats de ces individus sur le plan linguistique, historique et social.

L’étude commence par deux chapitres qui ont pour objectif de situer les débats sur la langue dans les quatre lieux centraux choisis et de préciser le contexte de la situation linguistique locale dans l’espace européen. Le premier donne un aperçu de la situation multilingue des Pays-Bas au seizième siècle. Il retrace les origines de cette spécificité afin de montrer que, bien avant le seizième siècle, la région a été caractérisée par la présence de la zone de contact linguistique franco-néerlandaise et par celle d’élites qui ne parlaient pas la langue du peuple.

Ce premier chapitre propose un panorama des principaux domaines de la vie publique dans cette région, en précisant les rôles spécifiques qu’y jouaient les différentes langues. De l’administration au monde juridique, de la cour aux milieux artistiques et scientifiques, des commerçants aux diplomates, le néerlandais, le français et le latin coexistaient. L’usage du français et du latin avait souvent des répercussions sur le lexique néerlandais, qui adoptait leur vocabulaire spécialisé. Bien que des individus comme Dirck Volkertsz. Coornhert se soient plaints de ces développements, il s’avère que, dans la pratique, un équilibre fonctionnel s’était établi entre un vocabulaire commun d’un côté et des idiolectes fondés sur l’emprunt de l’autre. Le phénomène de l’emprunt lexical mérite donc d’être mise dans une perspective plus large.

C’est la raison pour laquelle le deuxième chapitre tourne son attention vers les débats concernant les langues dans l’espace européen de cette époque. Il en rappelle les thèmes, questions et arguments principaux, ce qui permet de mettre en relation les quatre lieux étudiés aux Pays-Bas et les discussions qui étaient menées ailleurs. La question centrale des discussions linguistiques était de savoir comment la race humaine pouvait affronter la diversité des langues que Dieu avait instaurée pour punir les constructeurs de la Tour de Babel. Les réponses variaient de l’apprentissage individuel d’une multiplicité de langues à la poursuite d’un monolinguisme universel. Cette dernière possibilité a été proposée, entre autres, par Johannes Goropius Becanus, qui a soutenu que le néerlandais était la langue la plus ancienne et la plus parfaite du monde, ce qui la rendait la meilleure candidate pour devenir la nouvelle langue universelle.

Mais si l’attention pour les langues vernaculaires n’a pas cessé de s’affirmer à cette période, le latin continuait à jouer un rôle dominant. La terminologie et les axiomes fondamentaux de la grammaire et de la rhétorique classique étaient utilisés pour la description et l’étude des langues vulgaires, laissant une marque latine sur les réflexions sur les vernaculaires. Une autre question en débat était de savoir si et comment les textes classiques devraient être traduits : littéralement, mot pour mot, ou sens pour sens, en mettant l’accent sur le contenu.

Ces études liminaires rappellent enfin que le seizième siècle a vu plusieurs tentatives d’établir des règles d’orthographe et de lexique. En France particulièrement, l’orthographe était vivement discutée. Les défenseurs des graphies communes et du maintien des lettres étymologiques quiescentes s’opposaient à un groupe d’innovateurs dirigé entre autres par Louis Meigret, qui proposait une orthographe phonétique. Partout en Europe occidentale, on réfléchissait aussi sur le lexique, notamment sur l’adoption ou non de mots empruntés à d’autres langues. Le débat et les attitudes critiques nuancées dominaient partout. Une métaphore spécifique qui circulait à travers l’Europe et qui était utilisée fréquemment pour indiquer les mots d’emprunt était celle d’« écume » ou « schuim » en néerlandais. Il est très probable que les débats néerlandais ont occupé une place centrale dans la diffusion de cette notion dans les débats allemands et anglais.

De façon générale, aux débuts de l’ère moderne, toute l’Europe était fascinée par la question du langage. Cette fascination s’exprimait non seulement dans les échanges sur l’amélioration de chaque langue, mais aussi dans les comparaisons des différentes langues. On étudiait leurs histoires, les catégorisait en familles et les rangeait hiérarchiquement selon leurs qualités respectives. Généalogiquement, le néerlandais était ainsi mis en rapport avec l’allemand, mais aussi avec l’anglais et même avec la langue persane. La compétition interrégionale et la notion de « patrie », dont la popularité était croissante à cette époque, étaient fondamentales pour ces études comparatives. Elles n’incitaient pas néanmoins au rejet d’autres langues. Par contre, elles stimulaient l’attention pour ces langues et pour les discussions menées ailleurs, qui étaient utilisées pour affirmer la position linguistique de la patrie.

Cette contextualisation d’ensemble précède la partie analytique de l’ouvrage, consacrée aux quatre lieux de savoir où ont été discutées les pratiques linguistiques des Pays-Bas. Le premier, étudié dans le chapitre 3, est le milieu des écoles françaises, destinées à des garçons aussi bien qu’à des filles. Ce lieu est abordé à travers le cas de l’Anversois Peeter Heyns, à la tête d’une des écoles de filles les plus renommées de son époque et figure centrale des réseaux éducatifs au seizième siècle. Il est d’abord montré que les enseignants qui participaient à ces réseaux faisaient référence à la « patrie » afin de valoriser leurs travaux linguistiques. Heyns, par exemple, a été loué comme « soldat » pour avoir soutenu son pays grâce à son enseignement des deux langues des Pays-Bas. Il est caractéristique de la fascination linguistique à période que la connaissance de plusieurs langues, et pas uniquement de la langue maternelle, ait été considérée comme une contribution au bien commun.

Néanmoins, en ce qui concerne la régularisation de la langue, il s’avère que les maîtres d’écoles se sont surtout préoccupés de l’orthographe, et plus rarement de la grammaire. Heyns constitue une exception à cet égard, ayant écrit une grammaire française sans trancher sur l’orthographe. Les enseignants des Pays-Bas ont publié des textes et des traités sur l’orthographe française aussi bien que néerlandaise, mais leur traitement des deux langues a différé considérablement.

Peter Haschaert, une figure peu étudiée jusqu’ici, a été un précurseur important en ce qui concerne le français. Haschaert et les maîtres d’école plus tardifs ayant écrit sur l’orthographe française étaient au courant des débats menés dans le royaume mais suivaient pour la plupart l’orthographe traditionnelle. Ce choix est sans doute lié aux souhaits de leur clientèle néerlandaise, qui n’aurait guère bénéficié d’une orthographe française rénovée. Pour le néerlandais au contraire, ils ont proposé toutes sortes de changements, souvent inspirés des débats en France. Finalement, il n’y eut pas de consensus sur le renouvellement de l’orthographe néerlandaise : le maître d’école Anthoni Smyters finit par appeler ses collègues à conserver les formes anciennes, puisque l’exemple français avait déjà montré que l’innovation était vouée à l’échec.

Les historiens ont souvent insisté sur le rôle des maîtres et des maîtresses des écoles françaises aux Pays-Bas dans l’adoption croissante en néerlandais de mots empruntés au français au seuil de l’époque moderne. Toutefois, les sources écrites du seizième siècle contiennent très peu de références à cette médiation supposée des enseignants. Heyns lui-même était connu pour son style dans lequel les mots d’emprunt étaient rares, mais il ne s’est guère servi de cette réputation, qui, d’ailleurs, mérite d’être relativisée. De façon générale, les maîtres d’école ne promettaient que très rarement une langue dépourvue d’emprunts pour promouvoir leurs livres scolaires. Les promesses d’éloquence au contraire étaient omniprésentes dans les efforts des enseignants pour attirer des élèves. Ils initiaient leurs disciples dès le plus jeune âge aux discussions linguistiques, formant de nouvelles générations d’intellectuels intéressés par l’usage des langues.

Un deuxième lieu de savoir, examiné dans le cinquième chapitre de la thèse, met en lumière les communautés calvinistes néerlandaises alors en développement. Ces communautés ont eu besoin de penser les manières dont devait être traité le latin, la langue traditionnelle du christianisme, et les autres langues antiques transmettant la Parole de Dieu. Il fallait donc redéfinir la relation entre ces langues sacrées et les langues vernaculaires. De plus, la congrégation calviniste des Pays-Bas a été confrontée à la multiplicité des langues vulgaires utilisées dans le pays ainsi qu’au fait que le calvinisme s’était répandu essentiellement en français et en latin à partir de sa capitale, Genève. Au sein de cette communauté religieuse à la recherche de son identité linguistique, Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde a joué un rôle primordial. Ce diplomate polyglotte, bras droit de Guillaume d’Orange, a mis ses connaissances linguistiques au service de la Révolte des Pays-Bas autant qu’à celui de la cause calviniste.

Pour soutenir cette dernière, Marnix a produit une traduction néerlandaise des psaumes et plusieurs textes de propagande. Le psautier de Marnix se fonde sur les stratégies de traduction de deux coreligionnaires qui l’ont précédé, Jan Utenhove et Petrus Datheen. Marnix a suivi les psaumes d’Utenhove dans leur utilisation d’un néerlandais uniformisé, censé être compréhensible pour tous ses locuteurs malgré leur dialecte particulier. Il a aussi suivi le psautier de Datheen, tout en le critiquant pour son manque de respect envers la source hébraïque, en se fondant, comme lui, sur le psautier français utilisé dans les cercles calvinistes francophones. Marnix, toujours attentif aux questions de langue, a ainsi produit un texte qui pourrait unifier les calvinistes de langue néerlandaise et française.

Marnix a également tenté de renforcer la cohésion de la communauté calviniste en attaquant l’Église de Rome. Le Biënkorf et son homologue français, le Tableav des differens de la religion, montrent la manière dont Marnix utilisait les débats linguistiques contemporains pour renforcer ses assauts contre le catholicisme. Chacun des deux textes parodie un pamphlet antiprotestant du Jésuite Gentian Hervet, amplifiant ses arguments jusqu’à des proportions ridicules et détruisant sa crédibilité.

Le Biënkorf et le Tableav traitent également le langage catholique de façon satirique en mélangeant, pour le premier, le néerlandais, le français et le latin, pour le second le français, l’italien et le latin. Par le biais de ces textes, Marnix, s’opposant fortement à la fusion de plusieurs langues, prend position dans les débats néerlandais sur les emprunts lexicaux au français et au latin, mais aussi dans les débats français sur l’emprunt à l’italien et au latin. Le langage impur attribué par Marnix aux Catholiques se fait alors le miroir de leur immoralité supposée.

Marnix reproche enfin au clergé son manque de connaissances des langues sacrées du christianisme, suggérant que l’Église a rejeté les vernaculaires afin de sauvegarder sa domination sur l’interprétation des textes fondateurs. Si l’on regarde de plus près les activités linguistiques de Gentian Hervet cependant, il apparaît que les dénonciations de Marnix n’étaient pas justifiées et que ce dernier a ainsi sciemment contribué à la construction de l’idéologie linguistique protestante, c’est-à-dire à la supposition erronée d’un rejet des langues vulgaires par l’Église de Rome. Le cas de Marnix montre que les débats sur les langues ont transcendé l’érudition et ont été revêtus d’enjeux religieux et politiques majeurs.

Le troisième lieu analysé est celui de l’imprimerie. Dans ce chapitre, le cas du Français Christophe Plantin, fondateur du fameux Compas d’Or à Anvers, permet de démontrer le degré élevé de circulation interrégionale des personnes et des marchandises qu’ont favorisé les mondes professionnels du livre. En outre, Plantin illustre l’interaction entre les objectifs intellectuels des imprimeurs et leurs efforts commerciaux, ainsi que les relations entre ces deux buts et les débats contemporains sur les langues. Les imprimeurs ont souvent développé des stratégies commerciales répondant à des sentiments de patriotisme et à une volonté de compétition envers d’autres langues que la langue maternelle. Même à l’époque où la publication d’un texte savant dans une langue vulgaire n’était plus une exception, beaucoup d’entre eux continuaient à présenter ces publications comme étant révolutionnaires. La question des mots d’emprunt a aussi été mobilisée par ce milieu mais de façon moins cohérente : Plantin semble avoir décrit ses textes comme étant exempts de mots d’emprunt à des fins de commercialisation, tandis que son prédécesseur Jan Gymnick louait justement le lexique emprunté à d’autres langues.

Bien que l’imprimerie soit aujourd’hui considérée comme une source de standardisation orthographique, l’analyse des paratextes écrits par les imprimeurs des Pays-Bas eux-mêmes montre qu’ils portaient en fait peu d’attention à ce sujet. Plantin constitue l’exception qui confirme la règle : il se présentait comme un défenseur ardent de l’orthographe française progressive. Plantin et ses collègues agissaient dans de tels cas comme des médiateurs mettant en rapport les débats linguistiques menés ailleurs et leur propre environnement. Mais cette médiation n’est pas à sens unique.

Les règles d’orthographe du français soutenues et appliquées par Plantin ont continué à être utilisées aux Pays-Bas, influençant à leur tour un siècle plus tard l’orthographe française en France. Il s’agit d’un cas exemplaire d’échange international. Or, quoique Plantin se soit positionné de façon très forte sur l’orthographe du français, il n’a pas modifié l’orthographe courante du néerlandais. Son cas démontre que les individus engagés dans les discussions linguistiques échappent aux catégorisations à cause de la nature diverse et changeante de leurs opinions.

Les imprimeurs de la première modernité ont répondu à la fascination des langues croissante de leur époque par publication de contributions explicites aux débats en cours. Plantin et son correcteur Cornelis Kiliaan ont anticipé la demande d’un autre type de textes et ont invité leurs lecteurs à adopter une attitude active grâce à des listes de mots multilingues. À l’aide de leurs dictionnaires et autres collections linguistiques, ils ont stimulé le développement d’une communauté savante – mais pas nécessairement académique – qui a contribué à développer la réflexion proprement linguistique.

Un dernier chapitre analytique se concentre sur le lieu particulièrement dynamique qu’a été la chambre de rhétorique, dans laquelle des hommes de professions diverses se réunissaient pour pratiquer les arts de l’éloquence. Mettant l’accent sur l’existence de relations étroites entre les chambres de rhétorique et les autres lieux de la réflexion linguistique, l’étude donne à nouveau une place centrale au cas exemplaire de l’enseignant-rhétoricien Peeter Heyns. Il en ressort qu’il est injustifié d’approcher les chambres de rhétorique comme un milieu monolingue. Leurs participants étaient conscients qu’une connaissance linguistique élargie pouvait bénéficier à la pratique de la langue maternelle. Pour défendre la position du néerlandais, les rhétoriciens se sont fondés sur des arguments formulés ailleurs en faveur d’autres langues.

Les rhétoriciens n’écrivaient pas seulement la langue vulgaire, ils l’étudiaient également. Des savants comme Matthijs de Castelein ont adopté la terminologie de la rhétorique latine classique afin de décrire les langues vernaculaires. Dans de rares cas, ces observations linguistiques ont donné lieu à la publication de traités théoriques, comme le Twe-spraack (1584). Il s’agit de la première grammaire imprimée du néerlandais, parue chez Plantin et écrite par des membres de la chambre de rhétorique amstellodamoise De Eglantier. La plupart du temps, les expérimentations des rhétoriciens prenaient une forme poétique. En pliant et en modifiant la langue de la poésie, ces rhétoriciens ont exploré la richesse et les difficultés de la langue néerlandaise.

Jusqu’ici, le Twe-spraack semblait être une exception, étant un texte de rhétoricien réfléchissant sur la règlementation du néerlandais et rejetant l’usage des mots d’emprunt. Les rhétoriciens sont en effet connus pour leur langage archaïque et hybride, riche de nombreux mots étrangers. Toutefois, il est apparu que bien avant la publication de cette première grammaire, on discutait des règles du néerlandais et de l’emprunt au sein des chambres, les rhétoriciens attachant traditionnellement beaucoup d’importance à une orthographe soignée. L’analyse a permis de montrer que le Twe-spraack était innovant surtout parce qu’il a fixé certaines règles.

De Eglantier n’est pas non plus la première chambre à avoir critiqué les mots d’emprunt. Des décennies plus tôt, De Castelein et d’autres ont réfléchi sur les dangers du mélange linguistique et sur les façons appropriées de mettre en œuvre cette forme d’enrichissement lexicale. Ces réflexions ont continué à exister à l’intérieur de De Eglantier et la publication du Twe-spraack n’a pas marqué la fin de la discussion à ce sujet. Ce débat a même fini par être l’une des causes de dissensions internes à la chambre. Avec sa grammaire, la chambre d’Amsterdam ne se plaçait donc pas en dehors de la tradition des rhétoriciens : elle y participait.

Dans beaucoup d’études modernes, les rhétoriciens, jugés conservateurs dans leurs usages linguistiques et leurs pratiques poétiques, servent encore de contrepoints aux poètes dits « renaissants », supposés progressistes. Ces derniers ont en effet préféré la métrique française à une métrique néerlandaise considérée comme désuète : le style français est caractérisé par l’isosyllabisme, chaque vers comptant le même nombre de syllabes, alors que le vers néerlandais est rythmé par un certain nombre de syllabes toniques et accentuées. Or Heyns, l’un des premiers à avoir expérimenté la forme isosyllabique dans la poésie néerlandaise, a aussi pratiqué le vers tonique néerlandais. Ce choix était bien innovant à l’époque, même s’il semble être rétrospectivement un pas en arrière. Mais comme De Castelein et comme Marnix plus tard, Heyns réfléchissait aux structures sonores différentes du néerlandais et du français. Son choix montre qu’il n’était ni moins conscient de la langue ni moins progressiste que les poètes qui ont opté pour le vers isosyllabique.

Dans chacun des quatre lieux étudiés, une grande diversité de personnes a ainsi participé aux discussions sur la langue. La réflexion linguistique n’a pas été réservée exclusivement aux milieux académiques ; bien au contraire, ont eu lieu d’importants échanges entre ces divers réseaux. Les opinions défendues ayant été presque aussi nombreuses que les participants aux débats, ce foisonnement de discussions ne révèle pas un mouvement clair dans la direction d’une langue standardisée ni ne démontre l’émergence d’une communauté monolingue, comme on l’a parfois pensé. On ne se prononçait pas nécessairement de façon négative sur la diversité linguistique, et l’utilité d’une orthographe normée était loin de faire l’unanimité. Il n’y avait pas de consensus non plus au sujet de l’emprunt lexical. Un tel consensus, tout comme l’idéal d’une langue universelle, ne sera d’ailleurs jamais atteint.

L’hypothèse centrale de cette étude, selon laquelle les débats sur les langues dans les Pays-Bas du seizième siècle ont été modelés par la situation multilingue propre à cette région et par la polyglossie régulière des locuteurs, a donc été confirmée. Les acteurs des débats linguistiques parlaient eux-mêmes presque toujours plusieurs langues, et leurs textes avaient souvent des origines multiples. Cela explique qu’on n’a pas discuté seulement du néerlandais aux Pays-Bas mais aussi du français et que les réseaux de débatteurs étaient en interaction continue dans de nombreuses régions européennes. Certes, cette attitude ouverte était au service de la défense des deux vernaculaires des Pays-Bas, le néerlandais et le français. Une approche globale de la diversité linguistique s’est donc révélée essentielle afin d’être en mesure de comprendre ces réflexions sur la mise en pratique d’un juste milieu et pour remettre plus généralement en perspective l’histoire culturelle d’une région caractérisée jusqu’à nos jours par le multilinguisme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inflaming Research, a point of view

This article presents a “point of view” on the Utrecht/Grenoble Van Gogh team and its work, from an external perspective. Andrea Calamy and Atef Boussoualim, two master students involved as  trainees in the expert meeting held in Grenoble in February 2017 , take a curious look at the world of international scientific research they discovered for the first time.

As Andrea and Atef observed our work, a fire broke out at the university. Are scientists easily inflamed? That is the issue raised with humour by the young anthropologists…

Entre rhétorique et feu
par Andrea Calamy & Atef Boussoualim, Université Grenoble Alpes, 2017

Shanshan est déjà sur place, elle se débat avec la porte de la salle du colloque qui refuse de s’ouvrir. Il faut se dépêcher car l’équipe va arriver d’un moment à l’autre et on a toute la salle à préparer. Le stress monte. Shanshan se précipite pour changer les clefs tandis que nous, le cœur battant la chamade, appréhendons cette journée parmi l’équipe Van Gogh, une équipe qui nous a fait confiance et que nous ne comptons pas décevoir.

Aujourd’hui, nous découvrons pour la première fois les coulisses du monde de la recherche. En tant qu’étudiants en master, c’est à la fois intriguant et angoissant, pour nous qui sommes habitués au silence religieux des bibliothèques. C’est d’ailleurs là où se dirige notre camarade Lucas que nous avons croisé juste avant.

Au 3ème étage d’une résidence universitaire du CROUS, juste à côté du lieu où se déroule l’expert meeting, un incendie s’est déclenché. L’équipe de secours arrive et l’immeuble est évacué. Des centaines d’étudiants vivent ici, dont Lucas. Est-ce que la malchance aurait fait qu’il soit rentré chez lui après nous avoir souhaité une bonne journée tout à l’heure ou bien la magie des bibliothèques a su le maintenir sur les lieux et ainsi l’épargner ?

Shanshan a réussi à ouvrir la porte, nous nous dépêchons de préparer la salle, aligner les tables et tout mettre en place. Nous nous sentons quelque peu étrangers voire comme des espions face à ce groupe bien formé qui vient d’arriver. Heureusement, la bienveillance de cette équipe que nous avons rencontrée la veille nous met vite à l’aise. Un tour de table permettant à chacun de se présenter nous a permis de mieux connaître les travaux de recherche de chacun et les rôles qu’ils vont jouer dans l’expert meeting. Même si ce tour de table nous a personnellement été bien utile, nous nous sommes demandés s’il l’a été pour eux alors qu’ils se connaissaient déjà.

Les enseignants-chercheurs sont occupés à régler un problème informatique, les ordinateurs ne semblent pas vouloir être domptés par la fièvre médiéviste. La présentation du projet « Orateurs et rhétoriciens » peut enfin commencer tandis que nous nous démenons avec les rideaux de la salle pour éviter le contre-jour sur l’écran.

Les sirènes retentissent de partout. L’incendie semble bien grave, il doit y avoir une quinzaine de camions de pompier sur place. Les secours ne savent pas si des étudiants sont toujours enfermés dans le bâtiment, d’autres ont déjà été emmené par les sapeurs pompiers et le samu.

La présentation de Tania Van Hemelryck  sur « La circulation des textes et des manuscrits à la cour de Bourgogne » a commencé . C’est une source de connaissances inépuisables. Mais contrairement à nos craintes de non-compréhension, l’exposé est fait d’une façon si fluide que nous pouvons assimiler ce dont il est question sans être spécialistes. Les compliments fusent à la fin de cette intervention, comme ils fuseront après chaque présentation. Nous assistons alors à un échange entre les enseignants-chercheurs où l’apport mutuel semble incontestable. Les questions ne remettent pas en cause les propos tenus mais donnent de nouvelles perspectives de recherche. C’est un vrai moment de partage, un moment qui va se répéter plusieurs fois dans la journée.

Les sirènes continuent de résonner mais personne ne semble les entendre. Cette salle est comme suspendue dans l’espace-temps. Ce monde, c’est le leur et nous restons tiraillés entre le moyen-âge et l’instant présent où Lucas ne répond pas aux messages. L’inquiétude monte. Le bruit des hélicoptères accompagne le tintement des tasses à cafés sans pour autant se rencontrer.

Les présentations reprennent. Nous assistons à l’exposé de Matthieu Ferrand  sur « La Renaissance du théâtre aux Pays-Bas méridionaux, entre université et monde aristocratique ». Un point de vue d’expert auquel succède l’intervention de la doctorante Alisa van de Haar portant sur « Apprendre par le jeu : pour une approche épistémologique et multilingue du poème-rébus ». Une nouvelle fois, beaucoup de remarques, beaucoup de compliments. La plupart des travaux sont en cours, c’est la spécificité de cette réunion, il apparaît donc logique que cela permette une réelle avancée de la réflexion personnelle ou commune tout en donnant de nouvelles directions aux travaux de recherche. L’intérêt d’organiser un expert meeting comme celui-ci nous apparaît évident.

Cela fait à présent plusieurs heures que l’incendie a commencé sans que personne dans la salle n’en fasse la remarque. Les membres de l’équipe n’apprennent la nouvelle qu’une fois la séance de travail terminée. Certains ont entendu les sirènes avant de s’enfermer à nouveau volontairement dans leurs réflexions, d’autres avouent ne rien avoir entendu du tout. C’est à ce moment que nous nous rendons compte qu’une réelle barrière s’est imposée entre le monde extérieur et celui de la recherche ; barrière sur laquelle nous sommes vraisemblablement aujourd’hui positionnés.

Tout le monde se lève pour rejoindre le restaurant où déjeuner. Toujours pas de nouvelles de Lucas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Workshops 2017

Paris in December 2017

Location: Paris, Ministère de la Recherche

  • Final Workshop (Afternoon session): making of the scientific video.
  • Final Workshop (Morning session): preparing Paroles d’orateurs et de rhétoriciens au XVIe siècle (France / Pays-Bas), a collection of articles forthcoming in Cahiers de recherches médiévales et humanistes (2018).

Utrecht in April 2017

Participants: Estelle Doudet (UGA), Roseline Foltz-Amable (UGA), Alisa van de Haar (RUG), Katell Lavéant (UU), Shanshan Lü (UGA), Rozanne Versendaal (UU), Cécile de Morrée (UU), Karim Kourani (UGA)

Morning Session

Location: Utrecht University Library, Special Collections

  • Presentation of research on early printed books in possession of Utrecht University Library (Katell Lavéant & Alisa van de Haar)
  • Study session of source material in possession of Utrecht University Library
  • Filming the second case study of the scientific video (Karim Kourani, Estelle Doudet & Alisa van de Haar)

Afternoon Session

Location: Utrecht University, Trans 8

  • Filming the introduction and conclusion of the scientific video (Karim Kourani, Rozanne Versendaal, Roseline Foltz-Amable & Estelle Doudet)
  • Discussions on the form and content of the scientific video
  • Discussions on the collection of articles
  • Preparation of the Paris meeting in November

 

Grenoble in February 2017 / Expert meeting

Hommes, langues, styles, livres : réseaux et circulations au seuil de la modernité (France / Pays-Bas, XVe-XVIe siècle) / Men, languages, styles, books: social networks and cultural circulations (France/Netherlands, 15th-16th c.)

Participants : Estelle Doudet (UGA), Mathieu Ferrand (UCL), Roseline Foltz-Amable (UGA), Alisa van de Haar (RUG), Tania van Hemelryck (UCL), Katell Lavéant (UU), Shanshan Lü (UGA), Rozanne Versendaal (UU).

Assistants for the organization : Andrea Calamy & Atef Boussoualim (UGA).

Expert meeting

Presentation of Orateurs et rhétoriciens (2016-2017) by Estelle Doudet & Katell Lavéant

Tania van Hemelryck (Université Catholique de Louvain), La circulation des textes et des manuscrits à la cour de Bourgogne ? Let’s talk about burgundisation ! Discussion.

Mathieu Ferrand (Université Catholique de Louvain), La Renaissance du théâtre aux Pays-Bas méridionaux, entre université et monde aristocratique. Discussion.

Alisa van de Haar (Universiteit Groningen), Apprendre par le jeu : Pour une approche épistémologique et multilingue du poème-rébus. Discussion.

Making of the scientific video with the team and Karim Kourani (UGA). Preparation of the Utrecht meeting in April.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Book review: Rencontres du vers et de la prose

Rencontres du vers et de la prose. Conscience théorique et mise en page, dir. Catherine Croizy-Naquet et Michelle Szkilnik, Turnhout, Brepols, « Texte, codex et contexte » n° 20, 2015, 296 p. (ISBN : 978-2-503-55261-3).

Estelle Doudet

Vers et prose, qui semblent à première vue des expressions partagées par la plupart des littératures, ont en réalité dans chacune d’elles des histoires complexes. Du IXe au XVIe siècle, les productions en latin et dans la plupart des langues vernaculaires européennes ont connu une inversion radicale des usages de la prose et du vers, ce dernier évoluant du statut d’écriture non marquée à celle de forme spécifique. L’identification générique, le système même de valeurs dans lequel prose et vers prenaient sens ont dès lors basculé, passant des idées d’ampleur prosaïque et de brièveté imposée par le mètre – conception encore sensible, par exemple, dans les fabliaux français étudiés ici par F. Gingras – aux notions de simplicité naturelle – la prose devenant rhétorique « première », en quelque sorte spontanée, dans les arts du XVe siècle – opposée à la complexité du vers, rhétorique « seconde » requérant effort et virtuosité.

Ce volume collectif se propose de mieux cerner les conditions et enjeux de cette transformation ; mais loin de se contenter d’en illustrer le caractère crucial et massif, il propose de l’aborder par deux hypothèses originales. La première est que la rencontre du vers et de la prose, ou plutôt les modalités variés de leur dialogue ont toujours été accompagnées d’une « conscience théorique » (p. 10), d’une pensée des formes. La seconde hypothèse est que, si les démonstrations argumentées d’une telle pensée sont assez tardives et finalement peu fréquentes – J.-C. Mühlethaler et J. Cerquiglini-Toulet rappellent dans leurs deux contributions les réflexions d’un Jacques Legrand ou d’un Eustache Deschamps en ce qui concerne le français au seuil du XVe siècle –, elles se sont réalisées plus précocement et plus nettement dans les pratiques de mise en page des textes. De la matérialité des codices aux perspectives esquissées dans les paratextes explicatifs, en passant par les fonctionnements internes des écritures, se joueraient donc les rencontres du vers et de la prose au Moyen Âge, objets de réflexions et d’expérimentations diverses. Présentée par les directrices de l’ouvrage dans une introduction percutante, ces deux idées sont non seulement stimulantes, mais aussi, disons-le d’emblée, tout-à-fait convaincantes. Les études de cas rassemblées en font foi. On regrette de ce point de vue qu’elles n’aient pas fait l’objet d’une organisation plus explicite, d’autant qu’à l’intérêt du problème étudié répondent l’ampleur de la chronologie abordée, de l’époque carolingienne au milieu du XVIe siècle, et la variété des cultures littéraires étudiées, en latin, italien, anglais et français.

Invité à tisser des liens assez libres entre les articles, le lecteur pourra y discerner plusieurs lignes de force.

La première, nous semble-t-il, est celle d’une confrontation du vers et de la prose à travers le geste de récriture. Dans ce cas, la rencontre est dialogue et évolution : entre des auteurs différents, entre des époques disjointes. Mais ces transformations sont loin d’avoir une allure et un sens univoques. Avant les mises en prose à l’honneur à la fin du Moyen Âge et que rappellent ici M. Colombo-Timelli et A. Schoysman, ont existé des récritures en vers de textes originellement en prose, comme le montre C. Veyrard-Cosme à partir de l’exemple de Walafrid Strabo au IXe siècle. Sur ce chemin, un jalon important a été posé par les romans arthuriens, passés du vers à la prose au XIIIe siècle. Les études de N. Koble sur Le Livre d’Artus et de J. Taylor sur le Nouveau Tristan publié en 1554 démontrent cependant que, malgré la stabilité des matières, le renouvellement du vers par la prose et vice-versa avait dans ces deux cas des enjeux différents : ce qui était au XIIIe siècle amplification d’un univers fictionnel est au XVIe siècle manière de moderniser de vieux textes. Et pourtant, les jeux du vers et de la prose reposent sur une même rencontre de temporalités, celle du passé (les romans de Chrétien, les cycles arthuriens) et celle d’un présent modernité qui en conserve le souvenir. Une conscience historique de la littérature paraît intimement liée à la conscience théorique de ses formes.

Une deuxième piste, esquissée dans l’étude de P. Bourgain sur la prose rythmée des textes bibliques et sur son rôle de modèle dans les textes latins ultérieurs, déplace la notion de rencontre sous la plume d’un seul auteur. À la problématique de la transformation en diachronie se substitue celle de la tension en synchronie, au cœur de l’œuvre et sur la page. Le cas du prosimètre vient immédiatement à l’esprit ; il est abordé par P. Guérin pour le Decameron de Boccace, par N. Dauvois pour Josse Bade et par M.-H. Tesnière pour les mises en page de la Consolatio Philosophiae en latin et en français. Ces études soulignent que la tension entre vers et prose au sein d’une œuvre est révélatrice d’une pensée de cette œuvre : la performativité du vers au sein de la narration prosaïque séduit Boccace alors que les humanistes voient dans leur coexistence une illustration du docere et placere. Point important, mis en valeur par l’article de C. Ruby : les mises en page du XIIe siècle détachent encore peu le vers ; au contraire, comme le montre M.H. Tesnière, les manuscrits des XIIIe-XVe siècles soulignent de plus en plus sa différence avec la prose. C’est justement à cette époque que les réflexions sur les convergences et les divergences des deux formes se font jour, d’abord dans les paratextes des fabliaux ou des romans, puis dans des textes théoriques du XVe siècle. L’hypothèse de l’ouvrage paraît trouver là une validation. En outre, comme le montre J. Cerquiglini-Toulet, se déploie chez de nombreux auteurs en moyen français une pensée du texte et du livre en tant qu’espaces littéraires, dynamisés et dans une certaine mesure configurés par les tensions entre prose et vers.

Les contributions d’E. Robertson et de J. Boffey et A. Edwards consacrées à la littérature en moyen anglais mettent en valeur un troisième questionnement transversal : quelles motivations sont alléguées pour expliquer le dialogue, dans un texte ou dans un livre, du vers et de la prose ? Un poème de saint Valentin de Margery Paston montre un vers qui émerge, comme par inadvertance, des longues lignes ; Chaucer fait discuter par ses personnages eux-mêmes la bigarrure stylistique des Contes de Canterbury. Entre hasard allégué et réflexivité mise en scène, les enjeux de la rencontre vers/prose sont donc toujours complexes. De nouveau les articles précieux de J.-C. Mühlethaler et J. Cerquiglini-Toulet le soulignent, une telle rencontre peut s’expliquer par les goûts d’un milieu social – la cour de France semble par exemple plutôt amatrice de vers aux XIVe et XVe siècle, alors que la cour de Bourgogne apprécie les mises en prose –, par la poétique d’un auteur, par l’évolution des techniques ou des esthétiques. Affaire donc d’hommes, de valeurs, de pratiques, d’époques. L’ouvrage ouvre sur toutes ces dimensions des pistes extrêmement stimulantes. Elles invitent désormais à explorer un champ de recherche inédit, à la croisée des théories de l’écriture et des pratiques du livre.

Published in Cahiers de recherche médiévales et humanistes, 2016: http://crm.revues.org/13971

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Renaissance d’un théâtre politique: Pierre Gringore à la Conciergerie (juin 2016)

220px-Salle_des_gens_darmes_conciergerie

En juin 2016, à l’invitation des Monuments Nationaux, nous avons présenté à la Conciergerie de Paris, devant un public d’enseignants et de personnes intéressées, une réflexion sur le théâtre politique en français aux XVe et XVIe siècle. En prenant pour exemple des pièces d’actualité et des drames historiques sur la mort des gouvernants de cette époque, nous avons proposé une recherche sur les scénographies souvent expérimentales qu’elles permettaient et sur l’impact que pouvait avoir cette forme de media alors fréquente.

Nous avons ensuite mis en voix un extrait de La Vie de Monseigneur saint Louis de Pierre Gringore (1513), pièce exaltant la puissance de la royauté capétienne à travers le roi fondateur de la Sainte Chapelle. Cette oeuvre imposante de plus de 9000 vers, issue de la plume d’un des plus grands dramaturges français du XVIe siècle, n’avait pas été éditée depuis le XIXe siècle. Elle fait aujourd’hui l’objet de la thèse de Shanshan Lu.

L’extrait interprété présente l’agonie et le décès de saint Louis lors de la croisade de Tunis. Le roi saint meurt pieusement, entouré des allégories qui représentent les trois états de la société française, Eglise, Chevalerie et Peuple, sous les yeux de son fils et successeur, Philippe.

Choix du texte et des images / édition et modernisation de l’extrait / mise en voix à la Conciergerie le 1er juin 2016: Shanshan Lu et Estelle Doudet.

Captation vidéo: Thomas Fossiez.

Nous remercions le Centre des Monuments Nationaux et Mme Martine Valentin, chargée de l’action pédagogique du Centre Paris Conciergerie Sainte-Chapelle Notre-Dame, de nous avoir autorisé à diffuser cette vidéo sur le carnet de recherches PHC Van Gogh “Orateurs et rhétoriciens”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les rhétoriciens de la Zélande et les discussions sur les langues vernaculaires by Alisa van de Haar

Des rossignols ou des grenouilles ? Les rhétoriciens de la Zélande et les discussions sur les langues vernaculaires[1]

Alisa van de Haar (Université de Groningue)

Les seizième et dix-septième siècles européens ont été marqués par de violentes discussions sur la forme des langues vernaculaires et sur leur statut vis-à-vis du latin et des autres langues vulgaires. Aux Pays-Bas, ces discussions ont mené à l’écriture d’une grammaire du néerlandais et de traités sur la prononciation et l’orthographe. De plus, on a tenté de trouver une solution pour la situation dialectale, qui était très diversifiée. Certains auteurs ont proposé la création d’une forme standard du néerlandais afin de surmonter cette multiplicité de dialectes. En outre, un mouvement a pris forme qui se prononçait contre l’emploi de mots empruntés notamment au français et au latin. On les appelait des mots bâtards ou des mots d’écume (‘schuimwoorden’), suivant la terminologie du fameux imprimeur français Geoffroy Tory, qui s’était prononcé contre l’emploi de latinismes en français dans son Champ fleury de 1529. Aux Pays-Bas comme en France, il existait une volonté de défendre la langue vernaculaire et ses caractéristiques individuelles. Les défenseurs du néerlandais s’inspiraient souvent de l’exemple français en s’opposant aux mots d’emprunt. En fait, il devient de plus en plus clair que l’intérêt porté à la langue maternelle ne barrait pas l’intérêt pour les autres langues. Crucialement, les Pays-Bas étaient une région bilingue, où le néerlandais et le français existaient côte-à-côte.

Les rhétoriciens néerlandais, avec leur penchant pour l’emploi de mots empruntés aux français pour orner leur poésie, ont souvent été qualifiés par les chercheurs modernes comme des conservateurs archaïsants, faisant obstacle au mouvement progressiste et puriste[2]. Leurs œuvres révèlent, cependant, un traitement très conscient et étudié de la langue, visant l’exploration de ses possibilités et de ses limites et de son enrichissement, transformant finalement le néerlandais en un support littéraire et scientifique tout en révélant une fascination pour les langues en général. Cette contribution traite d’un groupe de rhétoriciens spécifique et de leur participation aux discussions sur la langue : les poètes de la Zélande. Située entre la Hollande, la Flandre, et le Brabant, les trois provinces dont les dialectes avaient le plus de prestige, les rhétoriciens de cette région dominée par la mer se sont vus forcés de prendre position dans les débats.

Au seizième siècle, la Zélande faisait partie du cœur économique et culturel des Pays-Bas. Le commerce international y florissait aussi bien que les arts. Pour les nombreux marchands de la région, la langue française était une langue seconde importante, étant donné que le français s’imposait de plus en plus comme la lingua franca des échanges internationaux. Entretemps, la Révolte des Gueux contre le pouvoir des Habsbourg causait de grands troubles dans le sud du pays, entraînant un mouvement migratoire considérable vers, entre autres, la Zélande. Par conséquent, la population locale était confrontée à une large variété de dialectes néerlandais méridionaux aussi bien que de dialectes wallons. Dans ce fracas de variantes du français et du néerlandais, une conscience des langues croissait, stimulée par la compétition entre le flamand, le brabançon et le hollandais. C’est dans ce contexte que les poètes de la Zélande ont pris position en publiant un manifeste poétique.

En 1623, un groupe d’environ vingt écrivains a coopéré à la création d’un recueil de poésie, intitulé Le Rossignol zélandais (De Zeeusche Nachtegael)[3]. Les contributeurs étaient un mélange de rhétoriciens et d’écrivains académiques et la production semble avoir été conçue comme une réaction aux recueils collaboratifs de rhétoriciens hollandais, comme par exemple L’Hélicon néerlandais (Den Nederduytschen Helicon)[4]. Probablement guidés par le rhétoricien Adriaen van de Venne, les poètes zélandais ont tenté de démontrer les qualités littéraires de la Zélande et de la langue des poètes de la région. Leur objectif, expliqué dans la préface par l’imprimeur du recueil, était de prouver que les Zélandais pouvaient chanter comme des rossignols et de donner tort à ceux qui prétendaient que la proximité de la mer agitée avait transformé leurs voix en celles de grenouilles. Pour atteindre ce but, les poètes ont eu recours à des modèles français, imitant et traduisant des poèmes français et même écrivant en français eux-mêmes.

Zeeusche Nachtegael 1623

Zeeusche Nachtegael, Middelburg 1623

Dans l’un des poèmes constituant Le Rossignol zélandais, écrit par Adriaan Hofferus, qui était maire de la ville de Zierikzee pendant un certain temps, l’emploi de mots d’emprunt est critiqué sévèrement :

Je ne sais pas ce qu’ont les Néerlandais,

Parce que, à côté de leur langue, ils parlent encore différemment,

Il ne leur suffit pas de parler leur langue,

Ils parlent français, écossais, latin, et à la manière du Wallon.

Ils les mélangent comme un cuisinier et les hachent,

Afin de, prétendument, obtenir renom auprès d’autres[5].

Hofferus réprimande ceux qui emploient des mots empruntés au français, au latin et même à l’écossais. Comme beaucoup de participants aux discussions sur la pureté des langues vernaculaires, il emploie des métaphores cuisinières pour décrire le découpage et la fusion des langues. Les termes ‘latin de cuisine’ et ‘mots d’écume’ sont probablement liés à ce langage figuré. Selon Hofferus, l’usage de mots d’emprunt ne sert pas à la construction de la langue cible, mais exprime uniquement l’orgueil de l’écrivain en question.

La référence à l’influence de la mer sur la langue et la voix des habitants de la Zélande dans la préface du Rossignol zélandais se place dans une tradition plus large de commentaires sur la relation entre le climat local et le dialecte zélandais. L’instigateur du recueil, Adriaen van de Venne, a fait une remarque semblable dans un livre d’emblèmes publié en 1633. Cette œuvre réagissait contre des livres emblématiques préexistants qui employaient, selon Van de Venne, un néerlandais impur :

[L]a poésie n’était pas bien emmaillotée, et pas bien soignée; mais elle a sucé les seins de mots non-rimés, étranges et étrangers! Néanmoins, depuis quelques années, la louable poésie, […] a repris ses esprits néerlandais: et il paraît que l’air hollandais et zélandais a rendu cet art et cette science un peu plus doux, et plus ouvert, et l’a soulagé de zézaiements étranges, et de vapeurs foncées[6].

Van de Venne compare la langue néerlandaise à un nourrisson qui doit être soigné et élevé par ses parents, et non pas par des étrangers. La langue ne devrait donc pas être nourrie de mots allochtones. Dans les premières décennies du dix-septième siècle, le néerlandais avait, selon Van de Venne, été purifié, et avait profité notamment de l’air de la Hollande et de la Zélande. Cet air n’avait pas rendu la langue rauque comme le coassement des grenouilles, mais l’avait, au contraire, rendue plus douce et agréable. Van de Venne, implicitement, complimente la prononciation de ces deux dialectes.

Plus d’un demi-siècle avant Van de Venne, Levinus Lemnius, un médecin de Zierikzee, en Zélande, avait déjà commenté l’influence de la mer et de l’air marin sur la langue de la population locale :

[L]es habitants, en bénéficiant du soleil, n’ont pas l’esprit sot et bête, mais ils sont fins, cultivés et joyeux. Cependant, beaucoup d’entre eux, à cause de la mer qui les influence, parlent un langage grossier, incompréhensible et salin […] [mais je ne doute pas que] s’ils ont contracté quelque faute à cause des vapeurs salines qui sont tellement proches, ces fautes peuvent être corrigées à l’aide d’une bonne éducation[7].

Contrairement à Van de Venne et les poètes du Rossignol zélandais, Lemnius considérait l’air salin de la province nuisible au dialecte local. Tandis que Van de Venne louait le zélandais pour sa clarté et douceur, Lemnius le décrit comme incompréhensible à cause de l’effet produit sur les organes de la parole par le sel.

Lemnius n’était pas le seul écrivain natif de la Zélande à s’être exprimé sur un ton négatif sur la langue locale. Johan de Brune l’Ancien, juriste, imitateur de Montaigne et l’un des poètes qui ont participé à la création du Rossignol zélandais, a défendu un dialecte différent de son zélandais maternel dans ses écrits[8]. Dans un recueil de conseils sages, De Brune a décrit la femme idéale, et la dame en question ne possédait pas le dialecte de la Zélande : ‘une femme belle devrait avoir un corps néerlandais, un visage anglais, une langue brabançonne, et un cœur hollandais’[9]. Apparemment, en dépit de sa participation à une œuvre poétique qui avait pour but de promouvoir la poésie de la Zélande, De Brune soutenait le dialecte brabançon dans le contexte de sa compétition avec le hollandais et le flamand.

Zeeland, Guicciardini

Carte de la Zélande, Guicciardini 1588

Pendant que la qualité du dialecte zélandais était en discussion, les habitants de ce territoire au bord de la mer avaient une excellente réputation en tant que bi- ou plurilingues, une compétence sans doute liée à leurs activités commerçantes. Le marchand et historien italien Lodovico Guicciardini, qui a décrit une description des Pays-Bas, a complimenté les Zélandais pour leur connaissance des langues :

La langue maternelle de la Zélande est le néerlandais, mais étant donné que ce peuple voyage partout à l’étranger, et a à l’intérieur de ses pays un très grand commerce et contact avec les étrangers, il n’y a presque aucun homme ni femme qui ne parle le français ou l’espagnol, et beaucoup d’entre eux parlent l’italien aussi[10].

Ce plurilinguisme des Zélandais a été confirmé par un habitant de la région, Abraham Mylius. Mylius était prêtre à Flessingue pendant plusieurs années, mais il était également actif en tant que poète et il s’intéressait à l’étude des langues. Il participa à l’écriture du Rossignol zélandais et en 1612, il publia un traité sur le néerlandais et ses rapports avec d’autres langues, intitulé Lingua Belgica[11]. Dans ce traité, Mylius argumentait que le néerlandais était une langue très ancienne, et, comme Henri II Estienne et d’autres l’avaient fait pour le français, il indiquait des similarités frappantes avec le grec[12]. De plus, Mylius affirmait que la nature de la langue néerlandaise était telle qu’elle facilitait l’apprentissage d’autres langues. Elle constituerait un juste milieu entre toutes les autres langues, ce qui permettrait à ses locuteurs d’apprendre une autre langue plus aisément. Cette caractéristique spéciale expliquait, selon Mylius, pourquoi les Néerlandophones étaient souvent polyglottes (une réputation qui était, en effet, proverbiale à cette époque) : ‘Je dirais presque que mon compatriote néerlandais est une éponge linguistique : tout comme une éponge absorbe tous les liquides, il absorbe des langues’.[13] Cette qualité linguistique était, bien sûr, hors de la portée des Néerlandais dont la langue maternelle était le français. Mylius précise qu’elle était possédée en particulier par les habitants de la Hollande, du Brabant et de la Zélande.

L’éloge du néerlandais, dont les locuteurs pouvaient apprendre d’autres langues plus facilement, est caractéristique des discussions sur les langues vernaculaires au seuil de la modernité. Même si l’emploi de mots d’emprunt était débattu vivement, les discussions étaient marquées par un esprit ouvert et un intérêt pour d’autres langues. Cela vaut également pour les poètes zélandais qui participaient à la discussion : ils étaient fiers de leur réputation de polyglottes et ils s’inspiraient d’exemples poétiques français pour démontrer le haut niveau de la littérature qui était produite dans leur région. Remarquablement, il n’existait pas de consensus sur la qualité linguistique du dialecte local. Les Zélandais parlaient-ils comme des grenouilles ou comme des rossignols ? Tous les contemporains étaient d’accord, toutefois, sur le fait que la proximité de la mer et les vents salins qui soufflaient sur les péninsules et les îles zélandaises produisaient un puissant effet sur le dialecte local, pour le meilleur ou pour le pire.

Notes

[1] Cet essai résulte d’une présentation donnée à Middelburg le 24 février 2016 dans le cadre d’une conférence financée par la fondation Hurgronje.

[2] Lode van den Branden, Het streven naar verheerlijking, zuivering en opbouw van het Nederlands in de 16e eeuw, Arnhem : Gijsbers & Van Loon, 1967 ; Marijke van der Wal, De moedertaal centraal: standaardisatie-aspecten in de Nederlanden omstreeks 1650, La Haye : Sdu uitgevers, 1995, 28-29 ; Nicoline van der Sijs, Taal als mensenwerk: het ontstaan van het ABN, La Haye : Sdu uitgevers, 2004, 583.

[3] Zeevsche nachtegael ende des selfs dryderley gesang […], Middelburg : Jan Pietersz van de Venne, 1623.

[4] Den Nederduytschen Helicon, Alkmaar : Jacob de Meester for Passchier van Westbusch, 1610 ; Arjan van Dixhoorn, Lustige geesten: rederijkers in de Noordelijke Nederlanden (1480-1650), Amsterdam : Amsterdam University Press, 2009, 191, 291.

[5] ‘Ick weet niet wat het is met onse Neder-landers,/ Want nevens hare taal soo spreken sy noch anders,/ Het is haar niet ghenoegh te spreken hare taal,/ Sy spreken Fransch, end Schots, Latijn, end als de Waal./ Sy weten’t als een Kock te mengen, end’ te scherven,/ Om soo quansuys wat eers by and’re te verwerven’. Adriaan Hofferus, Zeevsche nachtegael, II, Middelburg : Jan Pietersz. van de Venne, 1623, 28.

[6] ‘[H]eeft de Rijm-kunst noch onghebakert, ende niet recht ghekoestert gheweest; maer hadde de borsten ghesoghen van vreemde ende uytlantsche onrymighe woorden! Doch, sedert eenighe jaren herwaerts, is de lof-weerde Poësie, […] eerst tot haer Duyts verstant ghekomen; ende het schijnt, dat de Hollantsche ende Zeeusche Lucht deselve Weet-kunst wat soeter, ende opender, en meerder heeft verlicht van de vreemde lisperijen, en duystere dompen’. Adriaen van de Venne, VVoudt van vvonderlicke sinne-fabulen der dieren, Rotterdam : Isaac van Waesberghe, 1633, fol. Aiiir-v.

[7] ‘[T]he Inhabitants, by the benefit of the Sun, have no dull and stupid wits, but they are witty, civill, merry, yet many of them by the reason of the Sea that hath its influence upon them, will speak very scurrilous, crabbed, and brinish language […] [but I do not doubt that] if they have contracted any fault by the Salt vapours of the Sea that are so near to them, that it might be mended with good education.’ Levinus Lemnius, The Secret Miracles of Nature: In four Books, London : Jo. Streater, 1658, 240.

[8] Ton Harmsen, ‘Johan de Brune le Jeune Montaignien’, Paul J. Smith & Karl Enenkel (éds.), Montaigne and the Low Countries, Leyde : Brill, 205-222.

[9] ‘[E]en schoone vrouw moet hebben een Neerlands lijf, een Enghelands aen-ghezicht, een Brabands tongh, en een Hollands hert’. Johan De Brune l’Ancien, Bankket-werk van goede gedagten, Middelburg : Jacques Fierens, 1660, I, 246.

[10] ‘De moeders tale van Zeelandt is Nederlandtsch: maer want dit volk over al buytens landts reyst, ende binnens landts seer grooten handel ende ghemeynschap met de vreemdelinghen heeft, soo en isser schier noch man noch vrouwe, zy en spreken Fransoys, Spaensch, ende veel oock Jtaliaensch’. Lodovico Guicciardini, Beschryvinghe van alle de Neder-landen, anderssins ghenoemt Neder-Dvytslandt, Cornelis Kiliaan (tr.), Amsterdam : Willem Jansz [Bleau], 1612, 282.

[11] Toon Van Hal, ‘Moedertalen en taalmoeders’: het vroegmoderne taalvergelijkende onderzoek in de Lage Landen, Bruxelles : Paleis der Academiën, 2010, 209-247, 464.

[12] Henri II Estienne, Traicté de la conformité du langage françois avec le grec, Genève : Henri II Estienne, 1565.

[13] ‘Dixerim fere Belgam meum spongiam linguarum, ut ista perfecte humores omnes, sic ille linguas recipit’. Abraham Mylius, Lingua belgica, Leyde: Joris Abrahamsz Marsce & Uldrick Cornelisz. Honthorst, 1612, 69-70.

Une réflexion sur « Les rhétoriciens de la Zélande et les discussions sur les langues vernaculaires by Alisa van de Haar »

  1. Estelle Doudet

    L’association présentée entre le climat et le paysage de la Zélande et la qualité de la langue de ses habitants me paraît ici remarquable.
    En effet, une telle association pourrait être à la source, dès le XVe siècle, de certains autoportraits chez les Rhétoriqueurs de la cour de Bourgogne, notamment chez George Chastelain (1415-1475). Ce dernier, natif de Gand, était “expert en trois langages” comme le dit son contemporain Olivier de La Marche: locuteur de français, de flamand et de latin.
    Dans Les Douze dames de Rhétorique, un échange épistolaire en 1463 entre George Chastelain, écrivain officiel de la cour de Bourgogne, et Jean Robertet, qui occupait une situation similaire à la cour de Bourbon, les dames de Rhétorique présentent Chastelain comme un « homme flandrin » (des Flandres), issu d’un pays de marais (« palus ») et qui s’exprime comme un individu « gras de bouche et de palat, et tout enfangié d’autres povretez corporeles à la nature de la terre » (« de bouche et de palais gras et tout embourbé dans des insuffisances corporelles venues de la terre »), Les Douze Dames de Rhétorique, éd. D. Cowling, Genève, Droz, 2002, p. 124.
    Ici l’imaginaire du pays et de la langue qu’on y parle est négatif, sans doute parce que nous sommes dans un contexte culturel francophone, la cour de Philippe le Bon. Au flamand “boueux” et “gras” s’oppose le “doux français”.
    Une autre remarque sur la douceur qu’Alisa mentionne. Il s’agit en effet d’un qualificatif ancien de la langue française selon ceux qui la parlent ou qui veulent l’apprendre. On trouve dès le XIIe siècle une telle mention par opposition au latin ou à l’anglais. Au XIVe siècle, cela devient un lieu commun : le français est doux, le latin est puissant (« le fort latin »). La Maniere de langage qui enseigne à bien parler et escrire le françois, publiée en Angleterre en 1396, offre à son lecteur d’apprendre « le doux françois selon l’usage et la coustume de France » et le compare « au parler des anges du ciel, pour la grant douceur et biautee d’icel » (à cause de sa grande douceur et beauté). La « douce France » est déjà décrite dans la Chanson de Roland dès la fin du XIe siècle. Les théoriciens des arts poétiques rédigés du milieu du XVIe siècle de Sébillet à Du Bellay, sont les héritiers de cet imaginaire linguistique déjà traditionnel. Il est fascinant de voir les rhétoriciens néerlandophones réinventer cet argument.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Oratoren en Rederijkers. Discoursgebruik in publieke ruimtes in de vroegmoderne Nederlanden en Frankrijk (15e-16e eeuw)

Nederlands

In dit project worden de culturele producten en praktijken bestudeerd van groepen intellectuelen in Frankrijk en de Nederlanden in de vijftiende en zestiende eeuw, een tijd waarin innovatieve communicatiemiddelen, de drukpers en het toneel, zich ontwikkelden.

Deze mediarevolutie en de bijbehorende technieken zijn uitvoerig bestudeerd door onderzoekers, maar er is veel minder aandacht geweest voor de personen die er gebruik van maakten om een nieuwe publieke ruimte te creëren. Zij benutten de nieuwe manieren voor het verspreiden en laten circuleren van teksten in die periode als een machtsmiddel om de publieke opinie te kunnen beïnvloeden. De individuen die zich deze nieuwe media eigen maakten, waren veelal jongeren hun studie aan het afronden waren en een betere sociale positie voor zichzelf probeerden te verzekeren, vaak door het opbouwen van specifieke netwerken. Zij noemden zichzelf ‘oratoren’ of ‘rederijkers’, brachten een grote diversiteit aan tekstuele producties voort en probeerden de publieke opinie te vertegenwoordigen via hun vermogen om een autoritair discours te formuleren.

 

De Franse en Nederlandse werkgroepen in dit project zullen de producten, praktijken en kanalen bestuderen die deze netwerken inzetten om hun identiteit te construeren en in de publieke ruimte te doen gelden. De onderzoekers zullen gebruik maken van een interdisciplinaire benadering, waarbij methoden uit de cultuurgeschiedenis, kunstgeschiedenis, literaire analyse, filologie en media-archeologie gecombineerd worden. Ze richten zich op de twee genoemde regio’s, de Nederlanden en Frankrijk, omdat ze, ondanks hun verschillende politieke systemen, parallelle stedelijke structuren en onderwijsvormen voor de jeugd vertoonden, evenals een gedeelde retorische cultuur, gebaseerd op de Franse taal. Door het analyseren van de schriftelijke producten en communicatiestrategieën van auteurs die aan onderwijs- en universiteitsmilieus, recht en rechtspraak en boekdrukkerijen waren gekoppeld, zullen de werkgroepen aantonen hoe deze oratoren-rederijkers hun plek innamen in de publieke ruimte en, via competitie, samenwerking en debat met elkaar, op politieke onderwerpen reflecteerden.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Orators and Rhetoricians. Uses of Public Discourse in the Early Modern Low Countries & France (15th-16th centuries)

English

This project will study the cultural products and practices of groups of intellectuals in France and in the Low Countries in the 15th and 16th centuries, at a time where innovative forms of communication, the printing press and drama, were developing.

Scholars have often studied this media revolution and its techniques rather than the men who used it to build a new public space. Oral and written discourse in that period acquired new means of circulation, thus earning a real power of action that could influence public opinion. The individuals that appropriated these new media were often young people who were completing their formation or looking to secure a better social position for themselves, often through the creation of specific networks. They called themselves ‘orators’ or ‘rhetoricians’, claimed a great diversity of textual productions and sought to represent public opinion thanks to their ability to formulate an authoritative discourse.

The French and the Dutch teams in this project will study the products, performances and channels through which these communities of speech built their identity and asserted them in the public space. The researchers will use an interdisciplinary approach combining the methods of cultural and art history, literary analysis, philology and archaeology of the media. They chose to focus on the two cited regions, the Low Countries and France, because they presented parallel urban structures and systems of formation of the youth, as well as a common rhetorical culture based on the French language, even if they had different political systems. By analysing the writing and communication strategies of authors who were linked to the milieus of schools and universities, justice and law, as well as printers, the teams will show how these orators-rhetoricians occupied public space and, by competing, collaborating and debating with each other, reflected on political issues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Workshops 2016

Utrecht in February 2016

Introduction, rappel du projet (Estelle Doudet et Katell Lavéant)

  • Présentation des recherches des participantes
  • Mise en place des axes du projet: objectifs et perspectives
  • Discussion des questions pratiques (séance suivante, préparation de l’expert meeting d’octobre)

Paris in April 2016

Paris_Sorbonne_04.16(2)

Tour de table sur les actions collectives et personnelles des participantes depuis février : ouverture des comptes Facebook et Twitter, colloques en relation avec le projet, etc.

Présentations scientifiques sur des travaux en cours suivies d’une discussion:

  • Estelle Doudet : ‘La parole  des juristes : formes et fonctions des procès parodiques en français (avec une ouverture sur la production flamande)’.
  • Shanshan Lu : ‘La Vie de monseigneur saint Louis de Pierre Gringore: faire de l’histoire au théâtre au XVIe siècle’

Travail sur la plateforme en ligne sur Hypothèses:

  • Vérification de la présentation du projet en français, anglais, néerlandais
  • Vérification des biographies en anglais
  • Discussion sur l’organisation de la bibliographie commune
  • Le blog : proposition de notes de recherche

Les prochaines actions : alimentation de la plateforme et des comptes Fb et Twitter ; préparation de l’expert meeting d’Utrecht.

Utrecht in October 2016 / Expert meeting

Trois invités : Adrian Armstrong (Londres), Jelle Koopmans (Amsterdam) et Samuel Mareel (Gand).

utrecht_cloitre

Présentations scientifiques sur des travaux en cours, suivies d’une discussion :

  • Rozanne Versendaal : Jean d’Abondance et le mandement joyeux : questions de paternité dans la tradition éditoriale de la ‘Lettre d’escorniflerie’
  • Roseline Foltz-Amable : La ‘Complaincte faicte pour madame Marguerite’ : réseaux et interrogations
  • Adrian Armstrong : Antwerp editions of Jean Molinet’s poetry : shifting legitimations in the contact zone

Tour de table sur les recherches individuelles en cours. Préparation de l’expert meeting à Grenoble et discussion sur l’alimentation du site. Réflexions sur le contenu de la vidéo scientifique sur le projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Our team

EDoudet-photo

A. van de Haar

RFoltz_AmablephotoRozanne_Versendaal

????????????????????????????????????

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rozanne Versendaal

Rozanne_Versendaal

I have a background in French Language and Culture and in Literary Studies. I completed both my bachelor’s degree (2013) and master’s degree (2015) at Radboud University Nijmegen, The Netherlands.

I recently started my PhD studies at Utrecht University (2016). As part of the NWO funded project ‘Uncovering Joyful Culture: Parodic Literature and Practices in and around the Low Countries (13th-17th centuries)’ of dr. Katell Lavéant, I study the production, circulation and transformations of the multilingual literary genre of the joyful summons.

My research focuses on a manuscript and print corpus from the 15th to the 17th century. The corpus mainly consists of French and Dutch manuscripts and texts in print. An important aspect of the corpus is its parodic and ironic character: it parodies official medieval letters, ordinances and summons. The parodic, joyful texts often address a subversive community, which consists for example of liars, thieves, drunkards and beggars. The community mentioned in the texts is not rarely encouraged to show many kinds of immoral behavior and to reverse the normal order of society. My project studies the genre of the joyful summons, its literary features and its circulation and function in the late medieval and early modern society. This is studied within a context of urban court communities, theatre, festivals and joyful groups.

http://www.uu.nl/staff/RMVersendaal/0

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Katell Lavéant

 

Nederland, Utrecht, 20150520 Katell Laveant, onderzoekt de vrolijke cultuur in en rond de Lage Landen (13e tot 17e eeuw), haar culturele praktijken en haar materiële en literaire verschijnsels (o.a. spotteksten in het Frans en Nederlands), om te laten zien hoe parodie een essentiële rol voor sociale cohesie had. Foto: Kick Smeets (c) '15

I am Associate Professor of French Literature at Utrecht University. My research focuses on late medieval and early modern drama and theatrical culture from an interdisciplinary perspective, studying both historical and literary sources. My PhD dissertation dealt with theatrical culture in the French-speaking Low Countries in the 15th and 16th century (University of Amsterdam/VIDI-project, 2007), published under the title Un theatre des frontières. La culture dramatique dans les provinces du Nord aux XVe et XVIe siècles (Orléans, 2011). My following postdoctoral research led me to study the links between drama and the law in the Southern Low Countries, with a focus on the Reformation period (NWO project at the University of  Amsterdam, 2008-2013).

In May 2015, I have been awarded a VIDI-grant from the Dutch Research organisation NWO for the project ‘Uncovering Joyful Culture: Parodic Literature and Practices in and around the Low Countries (13th-17th centuries)’. Together with a PhD-student and a post-doc, I am studying the cultural practices and the literary production of joyful culture (among which parodic texts in French and Dutch), in order to demonstrate the essential role of parody in social cohesion in the pre-modern era (project period: end of 2015-end of 2020).

I also work on edition projects of Burgundian topical poetry and of drama (sotties), as well as on popular book culture, via projects with colleagues from the Netherlands, France and the United Kingdom.

http://www.uu.nl/staff/KLaveant

http://www.nwo.nl/en/research-and-results/cases/the-connective-power-of-the-%E2%80%98joyful-culture%E2%80%99.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alisa van de Haar

A. van de Haar

I am currently a PhD candidate and lecturer at the Department of Historical Dutch Literature at the University of Groningen, the Netherlands. After completing a Bachelor’s degree in Romance Cultures and Languages, I obtained Research Master degree in Classical, Medieval and Renaissance studies at the same university. In 2010, I studied at the Centre d’Études Supérieures de la Renaissance in Tours, France, and in 2015 I had the opportunity to spend a term at King’s College, Cambridge.

            My doctoral research project is titled A Tale of Two Tongues: The Interplay of Dutch and French in the Literary Culture of the Low Countries, 1550-1600. It is supervised by Prof. Bart Ramakers (University of Groningen), Prof. Paul Smith (Leiden University), and Prof. Arjan van Dixhoorn (University College Roosevelt/Utrecht University). In this project, I study the discussions on the form and status of the French and Dutch language that took place in the sixteenth-century Low Countries. I am particularly interested in the connections between the multilingual local situation and the debates and reflections on language.

http://www.rug.nl/staff/a.d.m.van.de.haar/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.