Inflaming Research, a point of view

This article presents a “point of view” on the Utrecht/Grenoble Van Gogh team and its work, from an external perspective. Andrea Calamy and Atef Boussoualim, two master students involved as  trainees in the expert meeting held in Grenoble in February 2017 , take a curious look at the world of international scientific research they discovered for the first time.

As Andrea and Atef observed our work, a fire broke out at the university. Are scientists easily inflamed? That is the issue raised with humour by the young anthropologists…

Entre rhétorique et feu
par Andrea Calamy & Atef Boussoualim, Université Grenoble Alpes, 2017

Shanshan est déjà sur place, elle se débat avec la porte de la salle du colloque qui refuse de s’ouvrir. Il faut se dépêcher car l’équipe va arriver d’un moment à l’autre et on a toute la salle à préparer. Le stress monte. Shanshan se précipite pour changer les clefs tandis que nous, le cœur battant la chamade, appréhendons cette journée parmi l’équipe Van Gogh, une équipe qui nous a fait confiance et que nous ne comptons pas décevoir.

Aujourd’hui, nous découvrons pour la première fois les coulisses du monde de la recherche. En tant qu’étudiants en master, c’est à la fois intriguant et angoissant, pour nous qui sommes habitués au silence religieux des bibliothèques. C’est d’ailleurs là où se dirige notre camarade Lucas que nous avons croisé juste avant.

Au 3ème étage d’une résidence universitaire du CROUS, juste à côté du lieu où se déroule l’expert meeting, un incendie s’est déclenché. L’équipe de secours arrive et l’immeuble est évacué. Des centaines d’étudiants vivent ici, dont Lucas. Est-ce que la malchance aurait fait qu’il soit rentré chez lui après nous avoir souhaité une bonne journée tout à l’heure ou bien la magie des bibliothèques a su le maintenir sur les lieux et ainsi l’épargner ?

Shanshan a réussi à ouvrir la porte, nous nous dépêchons de préparer la salle, aligner les tables et tout mettre en place. Nous nous sentons quelque peu étrangers voire comme des espions face à ce groupe bien formé qui vient d’arriver. Heureusement, la bienveillance de cette équipe que nous avons rencontrée la veille nous met vite à l’aise. Un tour de table permettant à chacun de se présenter nous a permis de mieux connaître les travaux de recherche de chacun et les rôles qu’ils vont jouer dans l’expert meeting. Même si ce tour de table nous a personnellement été bien utile, nous nous sommes demandés s’il l’a été pour eux alors qu’ils se connaissaient déjà.

Les enseignants-chercheurs sont occupés à régler un problème informatique, les ordinateurs ne semblent pas vouloir être domptés par la fièvre médiéviste. La présentation du projet « Orateurs et rhétoriciens » peut enfin commencer tandis que nous nous démenons avec les rideaux de la salle pour éviter le contre-jour sur l’écran.

Les sirènes retentissent de partout. L’incendie semble bien grave, il doit y avoir une quinzaine de camions de pompier sur place. Les secours ne savent pas si des étudiants sont toujours enfermés dans le bâtiment, d’autres ont déjà été emmené par les sapeurs pompiers et le samu.

La présentation de Tania Van Hemelryck  sur « La circulation des textes et des manuscrits à la cour de Bourgogne » a commencé . C’est une source de connaissances inépuisables. Mais contrairement à nos craintes de non-compréhension, l’exposé est fait d’une façon si fluide que nous pouvons assimiler ce dont il est question sans être spécialistes. Les compliments fusent à la fin de cette intervention, comme ils fuseront après chaque présentation. Nous assistons alors à un échange entre les enseignants-chercheurs où l’apport mutuel semble incontestable. Les questions ne remettent pas en cause les propos tenus mais donnent de nouvelles perspectives de recherche. C’est un vrai moment de partage, un moment qui va se répéter plusieurs fois dans la journée.

Les sirènes continuent de résonner mais personne ne semble les entendre. Cette salle est comme suspendue dans l’espace-temps. Ce monde, c’est le leur et nous restons tiraillés entre le moyen-âge et l’instant présent où Lucas ne répond pas aux messages. L’inquiétude monte. Le bruit des hélicoptères accompagne le tintement des tasses à cafés sans pour autant se rencontrer.

Les présentations reprennent. Nous assistons à l’exposé de Matthieu Ferrand  sur « La Renaissance du théâtre aux Pays-Bas méridionaux, entre université et monde aristocratique ». Un point de vue d’expert auquel succède l’intervention de la doctorante Alisa van de Haar portant sur « Apprendre par le jeu : pour une approche épistémologique et multilingue du poème-rébus ». Une nouvelle fois, beaucoup de remarques, beaucoup de compliments. La plupart des travaux sont en cours, c’est la spécificité de cette réunion, il apparaît donc logique que cela permette une réelle avancée de la réflexion personnelle ou commune tout en donnant de nouvelles directions aux travaux de recherche. L’intérêt d’organiser un expert meeting comme celui-ci nous apparaît évident.

Cela fait à présent plusieurs heures que l’incendie a commencé sans que personne dans la salle n’en fasse la remarque. Les membres de l’équipe n’apprennent la nouvelle qu’une fois la séance de travail terminée. Certains ont entendu les sirènes avant de s’enfermer à nouveau volontairement dans leurs réflexions, d’autres avouent ne rien avoir entendu du tout. C’est à ce moment que nous nous rendons compte qu’une réelle barrière s’est imposée entre le monde extérieur et celui de la recherche ; barrière sur laquelle nous sommes vraisemblablement aujourd’hui positionnés.

Tout le monde se lève pour rejoindre le restaurant où déjeuner. Toujours pas de nouvelles de Lucas.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.