Les rhétoriciens de la Zélande et les discussions sur les langues vernaculaires by Alisa van de Haar

Des rossignols ou des grenouilles ? Les rhétoriciens de la Zélande et les discussions sur les langues vernaculaires[1]

Alisa van de Haar (Université de Groningue)

Les seizième et dix-septième siècles européens ont été marqués par de violentes discussions sur la forme des langues vernaculaires et sur leur statut vis-à-vis du latin et des autres langues vulgaires. Aux Pays-Bas, ces discussions ont mené à l’écriture d’une grammaire du néerlandais et de traités sur la prononciation et l’orthographe. De plus, on a tenté de trouver une solution pour la situation dialectale, qui était très diversifiée. Certains auteurs ont proposé la création d’une forme standard du néerlandais afin de surmonter cette multiplicité de dialectes. En outre, un mouvement a pris forme qui se prononçait contre l’emploi de mots empruntés notamment au français et au latin. On les appelait des mots bâtards ou des mots d’écume (‘schuimwoorden’), suivant la terminologie du fameux imprimeur français Geoffroy Tory, qui s’était prononcé contre l’emploi de latinismes en français dans son Champ fleury de 1529. Aux Pays-Bas comme en France, il existait une volonté de défendre la langue vernaculaire et ses caractéristiques individuelles. Les défenseurs du néerlandais s’inspiraient souvent de l’exemple français en s’opposant aux mots d’emprunt. En fait, il devient de plus en plus clair que l’intérêt porté à la langue maternelle ne barrait pas l’intérêt pour les autres langues. Crucialement, les Pays-Bas étaient une région bilingue, où le néerlandais et le français existaient côte-à-côte.

Les rhétoriciens néerlandais, avec leur penchant pour l’emploi de mots empruntés aux français pour orner leur poésie, ont souvent été qualifiés par les chercheurs modernes comme des conservateurs archaïsants, faisant obstacle au mouvement progressiste et puriste[2]. Leurs œuvres révèlent, cependant, un traitement très conscient et étudié de la langue, visant l’exploration de ses possibilités et de ses limites et de son enrichissement, transformant finalement le néerlandais en un support littéraire et scientifique tout en révélant une fascination pour les langues en général. Cette contribution traite d’un groupe de rhétoriciens spécifique et de leur participation aux discussions sur la langue : les poètes de la Zélande. Située entre la Hollande, la Flandre, et le Brabant, les trois provinces dont les dialectes avaient le plus de prestige, les rhétoriciens de cette région dominée par la mer se sont vus forcés de prendre position dans les débats.

Au seizième siècle, la Zélande faisait partie du cœur économique et culturel des Pays-Bas. Le commerce international y florissait aussi bien que les arts. Pour les nombreux marchands de la région, la langue française était une langue seconde importante, étant donné que le français s’imposait de plus en plus comme la lingua franca des échanges internationaux. Entretemps, la Révolte des Gueux contre le pouvoir des Habsbourg causait de grands troubles dans le sud du pays, entraînant un mouvement migratoire considérable vers, entre autres, la Zélande. Par conséquent, la population locale était confrontée à une large variété de dialectes néerlandais méridionaux aussi bien que de dialectes wallons. Dans ce fracas de variantes du français et du néerlandais, une conscience des langues croissait, stimulée par la compétition entre le flamand, le brabançon et le hollandais. C’est dans ce contexte que les poètes de la Zélande ont pris position en publiant un manifeste poétique.

En 1623, un groupe d’environ vingt écrivains a coopéré à la création d’un recueil de poésie, intitulé Le Rossignol zélandais (De Zeeusche Nachtegael)[3]. Les contributeurs étaient un mélange de rhétoriciens et d’écrivains académiques et la production semble avoir été conçue comme une réaction aux recueils collaboratifs de rhétoriciens hollandais, comme par exemple L’Hélicon néerlandais (Den Nederduytschen Helicon)[4]. Probablement guidés par le rhétoricien Adriaen van de Venne, les poètes zélandais ont tenté de démontrer les qualités littéraires de la Zélande et de la langue des poètes de la région. Leur objectif, expliqué dans la préface par l’imprimeur du recueil, était de prouver que les Zélandais pouvaient chanter comme des rossignols et de donner tort à ceux qui prétendaient que la proximité de la mer agitée avait transformé leurs voix en celles de grenouilles. Pour atteindre ce but, les poètes ont eu recours à des modèles français, imitant et traduisant des poèmes français et même écrivant en français eux-mêmes.

Zeeusche Nachtegael 1623

Zeeusche Nachtegael, Middelburg 1623

Dans l’un des poèmes constituant Le Rossignol zélandais, écrit par Adriaan Hofferus, qui était maire de la ville de Zierikzee pendant un certain temps, l’emploi de mots d’emprunt est critiqué sévèrement :

Je ne sais pas ce qu’ont les Néerlandais,

Parce que, à côté de leur langue, ils parlent encore différemment,

Il ne leur suffit pas de parler leur langue,

Ils parlent français, écossais, latin, et à la manière du Wallon.

Ils les mélangent comme un cuisinier et les hachent,

Afin de, prétendument, obtenir renom auprès d’autres[5].

Hofferus réprimande ceux qui emploient des mots empruntés au français, au latin et même à l’écossais. Comme beaucoup de participants aux discussions sur la pureté des langues vernaculaires, il emploie des métaphores cuisinières pour décrire le découpage et la fusion des langues. Les termes ‘latin de cuisine’ et ‘mots d’écume’ sont probablement liés à ce langage figuré. Selon Hofferus, l’usage de mots d’emprunt ne sert pas à la construction de la langue cible, mais exprime uniquement l’orgueil de l’écrivain en question.

La référence à l’influence de la mer sur la langue et la voix des habitants de la Zélande dans la préface du Rossignol zélandais se place dans une tradition plus large de commentaires sur la relation entre le climat local et le dialecte zélandais. L’instigateur du recueil, Adriaen van de Venne, a fait une remarque semblable dans un livre d’emblèmes publié en 1633. Cette œuvre réagissait contre des livres emblématiques préexistants qui employaient, selon Van de Venne, un néerlandais impur :

[L]a poésie n’était pas bien emmaillotée, et pas bien soignée; mais elle a sucé les seins de mots non-rimés, étranges et étrangers! Néanmoins, depuis quelques années, la louable poésie, […] a repris ses esprits néerlandais: et il paraît que l’air hollandais et zélandais a rendu cet art et cette science un peu plus doux, et plus ouvert, et l’a soulagé de zézaiements étranges, et de vapeurs foncées[6].

Van de Venne compare la langue néerlandaise à un nourrisson qui doit être soigné et élevé par ses parents, et non pas par des étrangers. La langue ne devrait donc pas être nourrie de mots allochtones. Dans les premières décennies du dix-septième siècle, le néerlandais avait, selon Van de Venne, été purifié, et avait profité notamment de l’air de la Hollande et de la Zélande. Cet air n’avait pas rendu la langue rauque comme le coassement des grenouilles, mais l’avait, au contraire, rendue plus douce et agréable. Van de Venne, implicitement, complimente la prononciation de ces deux dialectes.

Plus d’un demi-siècle avant Van de Venne, Levinus Lemnius, un médecin de Zierikzee, en Zélande, avait déjà commenté l’influence de la mer et de l’air marin sur la langue de la population locale :

[L]es habitants, en bénéficiant du soleil, n’ont pas l’esprit sot et bête, mais ils sont fins, cultivés et joyeux. Cependant, beaucoup d’entre eux, à cause de la mer qui les influence, parlent un langage grossier, incompréhensible et salin […] [mais je ne doute pas que] s’ils ont contracté quelque faute à cause des vapeurs salines qui sont tellement proches, ces fautes peuvent être corrigées à l’aide d’une bonne éducation[7].

Contrairement à Van de Venne et les poètes du Rossignol zélandais, Lemnius considérait l’air salin de la province nuisible au dialecte local. Tandis que Van de Venne louait le zélandais pour sa clarté et douceur, Lemnius le décrit comme incompréhensible à cause de l’effet produit sur les organes de la parole par le sel.

Lemnius n’était pas le seul écrivain natif de la Zélande à s’être exprimé sur un ton négatif sur la langue locale. Johan de Brune l’Ancien, juriste, imitateur de Montaigne et l’un des poètes qui ont participé à la création du Rossignol zélandais, a défendu un dialecte différent de son zélandais maternel dans ses écrits[8]. Dans un recueil de conseils sages, De Brune a décrit la femme idéale, et la dame en question ne possédait pas le dialecte de la Zélande : ‘une femme belle devrait avoir un corps néerlandais, un visage anglais, une langue brabançonne, et un cœur hollandais’[9]. Apparemment, en dépit de sa participation à une œuvre poétique qui avait pour but de promouvoir la poésie de la Zélande, De Brune soutenait le dialecte brabançon dans le contexte de sa compétition avec le hollandais et le flamand.

Zeeland, Guicciardini

Carte de la Zélande, Guicciardini 1588

Pendant que la qualité du dialecte zélandais était en discussion, les habitants de ce territoire au bord de la mer avaient une excellente réputation en tant que bi- ou plurilingues, une compétence sans doute liée à leurs activités commerçantes. Le marchand et historien italien Lodovico Guicciardini, qui a décrit une description des Pays-Bas, a complimenté les Zélandais pour leur connaissance des langues :

La langue maternelle de la Zélande est le néerlandais, mais étant donné que ce peuple voyage partout à l’étranger, et a à l’intérieur de ses pays un très grand commerce et contact avec les étrangers, il n’y a presque aucun homme ni femme qui ne parle le français ou l’espagnol, et beaucoup d’entre eux parlent l’italien aussi[10].

Ce plurilinguisme des Zélandais a été confirmé par un habitant de la région, Abraham Mylius. Mylius était prêtre à Flessingue pendant plusieurs années, mais il était également actif en tant que poète et il s’intéressait à l’étude des langues. Il participa à l’écriture du Rossignol zélandais et en 1612, il publia un traité sur le néerlandais et ses rapports avec d’autres langues, intitulé Lingua Belgica[11]. Dans ce traité, Mylius argumentait que le néerlandais était une langue très ancienne, et, comme Henri II Estienne et d’autres l’avaient fait pour le français, il indiquait des similarités frappantes avec le grec[12]. De plus, Mylius affirmait que la nature de la langue néerlandaise était telle qu’elle facilitait l’apprentissage d’autres langues. Elle constituerait un juste milieu entre toutes les autres langues, ce qui permettrait à ses locuteurs d’apprendre une autre langue plus aisément. Cette caractéristique spéciale expliquait, selon Mylius, pourquoi les Néerlandophones étaient souvent polyglottes (une réputation qui était, en effet, proverbiale à cette époque) : ‘Je dirais presque que mon compatriote néerlandais est une éponge linguistique : tout comme une éponge absorbe tous les liquides, il absorbe des langues’.[13] Cette qualité linguistique était, bien sûr, hors de la portée des Néerlandais dont la langue maternelle était le français. Mylius précise qu’elle était possédée en particulier par les habitants de la Hollande, du Brabant et de la Zélande.

L’éloge du néerlandais, dont les locuteurs pouvaient apprendre d’autres langues plus facilement, est caractéristique des discussions sur les langues vernaculaires au seuil de la modernité. Même si l’emploi de mots d’emprunt était débattu vivement, les discussions étaient marquées par un esprit ouvert et un intérêt pour d’autres langues. Cela vaut également pour les poètes zélandais qui participaient à la discussion : ils étaient fiers de leur réputation de polyglottes et ils s’inspiraient d’exemples poétiques français pour démontrer le haut niveau de la littérature qui était produite dans leur région. Remarquablement, il n’existait pas de consensus sur la qualité linguistique du dialecte local. Les Zélandais parlaient-ils comme des grenouilles ou comme des rossignols ? Tous les contemporains étaient d’accord, toutefois, sur le fait que la proximité de la mer et les vents salins qui soufflaient sur les péninsules et les îles zélandaises produisaient un puissant effet sur le dialecte local, pour le meilleur ou pour le pire.

Notes

[1] Cet essai résulte d’une présentation donnée à Middelburg le 24 février 2016 dans le cadre d’une conférence financée par la fondation Hurgronje.

[2] Lode van den Branden, Het streven naar verheerlijking, zuivering en opbouw van het Nederlands in de 16e eeuw, Arnhem : Gijsbers & Van Loon, 1967 ; Marijke van der Wal, De moedertaal centraal: standaardisatie-aspecten in de Nederlanden omstreeks 1650, La Haye : Sdu uitgevers, 1995, 28-29 ; Nicoline van der Sijs, Taal als mensenwerk: het ontstaan van het ABN, La Haye : Sdu uitgevers, 2004, 583.

[3] Zeevsche nachtegael ende des selfs dryderley gesang […], Middelburg : Jan Pietersz van de Venne, 1623.

[4] Den Nederduytschen Helicon, Alkmaar : Jacob de Meester for Passchier van Westbusch, 1610 ; Arjan van Dixhoorn, Lustige geesten: rederijkers in de Noordelijke Nederlanden (1480-1650), Amsterdam : Amsterdam University Press, 2009, 191, 291.

[5] ‘Ick weet niet wat het is met onse Neder-landers,/ Want nevens hare taal soo spreken sy noch anders,/ Het is haar niet ghenoegh te spreken hare taal,/ Sy spreken Fransch, end Schots, Latijn, end als de Waal./ Sy weten’t als een Kock te mengen, end’ te scherven,/ Om soo quansuys wat eers by and’re te verwerven’. Adriaan Hofferus, Zeevsche nachtegael, II, Middelburg : Jan Pietersz. van de Venne, 1623, 28.

[6] ‘[H]eeft de Rijm-kunst noch onghebakert, ende niet recht ghekoestert gheweest; maer hadde de borsten ghesoghen van vreemde ende uytlantsche onrymighe woorden! Doch, sedert eenighe jaren herwaerts, is de lof-weerde Poësie, […] eerst tot haer Duyts verstant ghekomen; ende het schijnt, dat de Hollantsche ende Zeeusche Lucht deselve Weet-kunst wat soeter, ende opender, en meerder heeft verlicht van de vreemde lisperijen, en duystere dompen’. Adriaen van de Venne, VVoudt van vvonderlicke sinne-fabulen der dieren, Rotterdam : Isaac van Waesberghe, 1633, fol. Aiiir-v.

[7] ‘[T]he Inhabitants, by the benefit of the Sun, have no dull and stupid wits, but they are witty, civill, merry, yet many of them by the reason of the Sea that hath its influence upon them, will speak very scurrilous, crabbed, and brinish language […] [but I do not doubt that] if they have contracted any fault by the Salt vapours of the Sea that are so near to them, that it might be mended with good education.’ Levinus Lemnius, The Secret Miracles of Nature: In four Books, London : Jo. Streater, 1658, 240.

[8] Ton Harmsen, ‘Johan de Brune le Jeune Montaignien’, Paul J. Smith & Karl Enenkel (éds.), Montaigne and the Low Countries, Leyde : Brill, 205-222.

[9] ‘[E]en schoone vrouw moet hebben een Neerlands lijf, een Enghelands aen-ghezicht, een Brabands tongh, en een Hollands hert’. Johan De Brune l’Ancien, Bankket-werk van goede gedagten, Middelburg : Jacques Fierens, 1660, I, 246.

[10] ‘De moeders tale van Zeelandt is Nederlandtsch: maer want dit volk over al buytens landts reyst, ende binnens landts seer grooten handel ende ghemeynschap met de vreemdelinghen heeft, soo en isser schier noch man noch vrouwe, zy en spreken Fransoys, Spaensch, ende veel oock Jtaliaensch’. Lodovico Guicciardini, Beschryvinghe van alle de Neder-landen, anderssins ghenoemt Neder-Dvytslandt, Cornelis Kiliaan (tr.), Amsterdam : Willem Jansz [Bleau], 1612, 282.

[11] Toon Van Hal, ‘Moedertalen en taalmoeders’: het vroegmoderne taalvergelijkende onderzoek in de Lage Landen, Bruxelles : Paleis der Academiën, 2010, 209-247, 464.

[12] Henri II Estienne, Traicté de la conformité du langage françois avec le grec, Genève : Henri II Estienne, 1565.

[13] ‘Dixerim fere Belgam meum spongiam linguarum, ut ista perfecte humores omnes, sic ille linguas recipit’. Abraham Mylius, Lingua belgica, Leyde: Joris Abrahamsz Marsce & Uldrick Cornelisz. Honthorst, 1612, 69-70.


1 réflexion sur « Les rhétoriciens de la Zélande et les discussions sur les langues vernaculaires by Alisa van de Haar »

  1. Estelle Doudet

    L’association présentée entre le climat et le paysage de la Zélande et la qualité de la langue de ses habitants me paraît ici remarquable.
    En effet, une telle association pourrait être à la source, dès le XVe siècle, de certains autoportraits chez les Rhétoriqueurs de la cour de Bourgogne, notamment chez George Chastelain (1415-1475). Ce dernier, natif de Gand, était « expert en trois langages » comme le dit son contemporain Olivier de La Marche: locuteur de français, de flamand et de latin.
    Dans Les Douze dames de Rhétorique, un échange épistolaire en 1463 entre George Chastelain, écrivain officiel de la cour de Bourgogne, et Jean Robertet, qui occupait une situation similaire à la cour de Bourbon, les dames de Rhétorique présentent Chastelain comme un « homme flandrin » (des Flandres), issu d’un pays de marais (« palus ») et qui s’exprime comme un individu « gras de bouche et de palat, et tout enfangié d’autres povretez corporeles à la nature de la terre » (« de bouche et de palais gras et tout embourbé dans des insuffisances corporelles venues de la terre »), Les Douze Dames de Rhétorique, éd. D. Cowling, Genève, Droz, 2002, p. 124.
    Ici l’imaginaire du pays et de la langue qu’on y parle est négatif, sans doute parce que nous sommes dans un contexte culturel francophone, la cour de Philippe le Bon. Au flamand « boueux » et « gras » s’oppose le « doux français ».
    Une autre remarque sur la douceur qu’Alisa mentionne. Il s’agit en effet d’un qualificatif ancien de la langue française selon ceux qui la parlent ou qui veulent l’apprendre. On trouve dès le XIIe siècle une telle mention par opposition au latin ou à l’anglais. Au XIVe siècle, cela devient un lieu commun : le français est doux, le latin est puissant (« le fort latin »). La Maniere de langage qui enseigne à bien parler et escrire le françois, publiée en Angleterre en 1396, offre à son lecteur d’apprendre « le doux françois selon l’usage et la coustume de France » et le compare « au parler des anges du ciel, pour la grant douceur et biautee d’icel » (à cause de sa grande douceur et beauté). La « douce France » est déjà décrite dans la Chanson de Roland dès la fin du XIe siècle. Les théoriciens des arts poétiques rédigés du milieu du XVIe siècle de Sébillet à Du Bellay, sont les héritiers de cet imaginaire linguistique déjà traditionnel. Il est fascinant de voir les rhétoriciens néerlandophones réinventer cet argument.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.