Orateurs et rhétoriciens

Français

Le projet « Orateurs et rhétoriciens » a pour objectif d’étudier les productions culturelles et l’évolution des pratiques de certains groupes intellectuels au tournant des XVe et XVIe siècles, à l’heure où se développent des formes de communication innovantes, imprimerie et théâtre. Si la révolution médiatique que représentent ces techniques a souvent retenu l’attention, elle a parfois occulté les hommes qui ont construit, grâce à elles, un nouvel espace public. La parole, écrite ou orale, se dote alors de capacités de circulation qui font d’elle, plus qu’une simple expression, une véritable action, capable de forger les opinions. Aux Pays-Bas et en France, les nouvelles technologies médiatiques sont prises en charge par des individus ou des réseaux qui appartiennent en général à la catégorie sociale des « jeunes » en cours de formation ou en quête d’une position sociale. Revendiquant le nom d’orateurs ou de rhétoriciens, valorisant la polygraphie et la variété des interventions, ils légitiment leur volonté d’incarner la vox publica par leur capacité à mettre en scène un discours d’autorité.
Le projet « Orateurs et rhétoriciens » s’inscrit dans le cadre d’une histoire culturelle globale. Il vise à l’étude conjointe des productions rhétoriques, des performances spectaculaires et des différentes formes médiatiques par lesquelles des communautés culturelles ont construit leur identité et l’ont affirmée publiquement. Les dimensions plurielles de ce phénomène requièrent les outils de l’histoire des idées et des techniques, de l’analyse littéraire, de la philologie, de l’histoire de l’art et de l’archéologie des médias. Cette transdisciplinarité, pratiquée par l’ensemble des participants au projet dans leurs travaux personnels, sera le moteur du travail collaboratif.
L’approche transdisciplinaire va de pair avec une démarche comparatiste attachée aux spécificités des régions qu’étudient ensemble les équipes françaises et néerlandaises réunies dans le projet : les Pays-Bas dominés par les dynasties Valois puis Habsbourg; le royaume de France. Dotés de structures politiques différentes, ces espaces partagent une langue vernaculaire, le français, véhicule d’une culture oratoire commune. En outre, les structures de la vie urbaine et l’importance de la formation des jeunes adultes à et par la parole y sont assez proches. Enfin, individus et groupes circulent intensément au sein et entre ces régions. Jean Molinet, futur porte-parole du duché Habsbourg à la fin du XVe siècle, a étudié à Paris et collaboré avec les milieux littéraires hennuyers de par son implantation à Valenciennes. Quelques années plus tard, Pierre Gringore, héritier de la culture spectaculaire normande, fait dans la même ville une brillante carrière d’homme de scène avant de devenir l’orateur officiel des princes de Lorraine.
Ces parcours personnels sont ancrés dans des réseaux sociaux et culturels. Ils partagent des références et des pratiques que le projet souhaite mettre au jour. Elles sont modelés notamment par le milieu des juristes, auquel appartient le basochien Jean d’Abondance, qui fréquente Rabelais dans les ateliers d’imprimerie lyonnais vers 1540; ou encore par le milieu des enseignants apprenant à leurs élèves la maîtrise du discours public et la compréhension du temps présent via des spectacles  plurilingues, comme les pièces d’actualité de Barthélemy Aneau au collège de la Trinité à Lyon ou celles, en latin et « wallon » jouées à Dinant, près de Namur, par les écoliers du maître François Dacos vers 1560.
Les réseaux des orateurs et rhétoriciens sont animés de trois dynamiques relationnelles identiques : la compétition, la complicité et la polémique. Le projet se propose d’examiner la manière dont ces trois postures sont à la source, d’une part, d’un éthos propre à l’orateur – qui anticipe certaines attitudes des acteurs de la communication médiatique aujourd’hui –, et d’autre part s’expriment par des productions culturelles spécifiques : poésies de circonstance, témoignages sur le temps présent, spectacles d’actualité. Ces formes valorisent la parole-action et se confrontent à ses dangers potentiels. En effet, la revendication d’une parole d’autorité par des communautés, les chambres de rhétorique des villes septentrionales ou les sociétés joyeuses de Normandie par exemple, se fait par le biais d’interventions souvent provocatrices sur la voie publique. À l’image des Conards qui envahissent les rues de Rouen au Carnaval, les représentants de l’ordre prennent le masque des fauteurs de trouble pour mieux s’imposer comme les groupes régulateurs de leurs sociétés. Cependant cette polémique ritualisée appelle le soupçon lorsque s’accentuent les troubles. Les rhétoriciens qui ont joué une pièce favorable à la Réforme à Mouvaux, près de Lille, sont arrêtés en 1563 pour infraction aux réglementations sur les spectacles et incitation au désordre public. Au fil du XVIe siècle, les gouvernants s’opposent parfois violemment aux communautés intellectuelles, celles-ci ayant acquis l’autorité discursive qui fait d’elles de possibles maîtresses de l’opinion.
L’équipe franco-néerlandaise étudie les produits, performances et canaux par lesquels ces communautés de parole construisaient leur identité et s’affirmaient dans l’espace publique, en empruntant aux méthodes de l’histoire culturelle, de l’histoire de l’art, de l’analyse littéraire, de la philologie et de l’archéologie des médias.


1 réflexion sur « Orateurs et rhétoriciens »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.